Lutte à six dans Brome-Missisquoi

Peu importe qui l’emportera le 1er octobre prochain, le visage politique de Brome-Missisquoi changera. La circonscription, représentée à l’Assemblée nationale par Pierre Paradis depuis 1980, aura un nouveau député.

Même si aucune annonce officielle n’a été faite, le vétéran Paradis ne sollicitera pas de douzième mandat, même après avoir réintégré le giron libéral après un an et demi d’exclusion, en raison d’allégations d’inconduite sexuelle qui n’ont finalement pas donné lieu à des accusations.

Ce faisant, tout est possible pour les nombreux candidats qui tenteront de s’emparer de son siège, désormais vacant. Pas moins de six personnes souhaitent lui succéder.

Ingrid Marini, PLQ

Le Parti libéral du Québec, qui a confirmé mercredi matin qu’Ingrid Marini serait la successeure de M. Paradis, est le parti ayant le plus à perdre dans l’élection, la circonscription de Brome-Missisquoi étant considérée comme un de ses châteaux forts. La candidate dit vouloir miser sur ses profondes valeurs libérales et son enracinement dans la circonscription pour obtenir la faveur des électeurs.

Les autres partis tenteront, pour leur part, de ravir la circonscription des officines libérales.

Isabelle Charest, CAQ

Pour y parvenir, la Coalition avenir Québec mise sur l’olympienne Isabelle Charest, qui a fait part de son souhait de participer à la « restructuration » du milieu de l’éducation au Québec, notamment en donnant plus de poids aux conseils d’établissement et en répartissant mieux les ressources au profit des élèves. À plusieurs reprises, le parti de François Legault a laissé entendre qu’une victoire dans Brome-Missisquoi serait déterminante pour former un gouvernement majoritaire.

Andréanne Larouche, PQ

De son côté, le Parti québécois a repêché la présidente de son association locale, Andréanne Larouche. Bien connue pour son implication dans le milieu politique et communautaire de la circonscription, la candidate compte l’emporter sur le terrain. L’économie sociale, l’accès au transport en commun et la protection de l’environnement seront ses chevaux de bataille.

Alexandre Legault, QS

Seul candidat de sexe masculin dans la course, le solidaire Alexandre Legault compte sensibiliser la population de la circonscription à des enjeux touchant l’environnement, l’éducation, l’équité et la justice sociale.

Élisabeth Dionne, PVQ.

Le Parti vert du Québec a, de son côté, repêché Elisabeth Dionne, jeune diplômée en études internationales. Celle-ci désire, entre autres aider les entreprises à effectuer la transition énergétique vers des énergies plus vertes tout en les soutenant pour embaucher et retenir des travailleurs. Elle espère bonifier l’offre de covoiturage et de transport en commun dans la région, en plus d’offrir davantage de soutien aux producteurs agricoles de la circonscription.

Manon Gamache, CPQ

Enfin, la Farnhamienne Manon Gamache briguera les suffrages au nom du parti Citoyens au pouvoir du Québec. La mère de famille, jadis préposée aux bénéficiaires, puis secrétaire-comptable avant de devenir adjointe administrative, explique avoir décidé de sauter dans l’arène politique pour faire valoir ses convictions.