Les citoyens seront consultés pour déterminer la nouvelle vocation du site de l’usine Filtex, qui sera démolie ces prochains mois.

L’usine Filtex prochainement démolie à Sutton

Le visage du centre-ville de Sutton changera dans les prochains mois, alors que l’usine Filtex, abandonnée depuis plusieurs années, sera démolie. Devenue dangereuse pour le voisinage et le public, l’immense structure disparaîtra du paysage. L’avenir du site est toutefois toujours inconnu.

En 2017, la Ville de Sutton a réussi à se porter acquéreuse de l’ancienne usine de filature, de teinture et de tissage en déboursant 80 000 $ pour le bâtiment de 70 000 pi2. L’usine, qui employait environ 200 personnes, a fermé ses portes en 2003 avant d’envoyer ses équipements en Chine. Cette fermeture mettait fin à une époque, à Sutton.

« La Filtex représente un passé industriel de Sutton, raconte le directeur général de la Ville, Pierre Largy. [Filtex] a été un employeur majeur à Sutton, qui a contribué à sa croissance économique, mais avec sa fermeture, ça venait concrétiser la vocation nouvelle que la ville déjà avait commencé à dessiner, qui était beaucoup plus récréotouristique et culturelle. »

Le grand bâtiment en décrépitude, qui longe la voie ferrée, ne cadre plus dans cette vocation. Devant l’état de la structure, le temps commence à presser.

« Il y a une partie du toit qui s’est effondrée, explique le maire Michel Lafrance. Après, on a vu qu’un mur extérieur était bombé. On a [établi] un périmètre de sécurité et on a demandé une expertise en structure. On a informé nos assurances qui nous ont demandé de le démolir. »

Des gens se sont déjà introduits par effraction dans ce bâtiment jugé dangereux. La Ville a alors été obligée de barricader les ouvertures à deux reprises.

Une firme d’ingénieurs a été mandatée afin de préparer un devis d’appel d’offres. Les entreprises spécialisées en démolition de bâtiments industriels seront invitées à soumissionner par le conseil municipal dans les prochaines semaines. La Ville n’exclut pas que les travaux de démolition débutent en hiver.

Vocation à déterminer

« Une fois que le bâtiment sera jeté à terre, on va être en mesure de [forer] pour voir s’il y a contamination du sol, ajoute M. Largy. La présence ou non de contamination va déterminer les prochaines étapes. »

Modification de la rue du Dépôt, stationnement, place publique... Plusieurs options sont sur la table. Le conseil municipal ne s’est pas encore penché sur le sujet, mais promet de consulter la population. Chose certaine, il n’y aura pas de construction résidentielle en raison de la présence du chemin de fer.

« On voit ça comme une opportunité d’impliquer nos citoyens dans le processus décisionnel, renchérit le maire. »