Au cours des derniers jours, l’achalandage à l’urgence de l’hôpital de Granby oscillait autour de 170%. Des ambulances ont dû être redirigées vers l’hôpital BMP afin de limiter les débordements.

L'urgence de Granby encore sous pression

Pénurie d’effectifs, détresse du personnel et débordements à répétition. Voici trois des principaux ingrédients du cocktail explosif qui se répète encore une fois à l’urgence de l’hôpital de Granby. Au point où le CIUSSS de l’Estrie demande à la population de se tourner, si possible, vers une autre option.

Au cours des trois derniers jours, le taux d’achalandage sur civière à l’urgence du Centre hospitalier de Granby (CHG) oscillait autour de 170 %. Jeudi à 11 h, 34 civières étaient comblées sur une capacité de 20.

Du nombre, 11 patients étaient à l’urgence depuis 24 heures ou plus. Au même moment, 18 personnes étaient en attente d’hospitalisation. Des ambulances ont également été redirigées vers d’autres hôpitaux pour donner un peu d’oxygène aux membres de l’équipe du CHG, notamment vers l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP).

Une infirmière, qui a préféré que l’on taise son identité, qualifie la pression sur le personnel à l’urgence du CHG d’« insoutenable ». « C’est infernal, clame-t-elle. Ça fait des semaines que c’est comme ça. Toutes les civières sont occupées en observation. Les médecins n’ont même plus de salle pour voir les patients. »

Selon notre source, le moral des troupes est au plus bas. « Ça fait des jours consécutifs qu’on ne peut pas aller dîner. On travaille comme des fous. Quand tu rentres le matin, tu ne sais jamais à quelle heure tu vas sortir. Puis, tu vois tes collègues tomber une après l’autre, c’est vraiment tough. En plus, on a toujours le sentiment que notre travail n’est pas accompli. On se sent comme si on travaillait à la chaîne. Mais, ce sont des humains que l’on soigne, pas de la marchandise qu’on peut placer sur des tablettes. »

Options

Le message du CIUSSS de l’Estrie est sans équivoque. « Si nous lançons cet appel à la population, c’est parce que nous devons être en mesure d’assurer l’accessibilité des services à la population. La meilleure façon d’y arriver est de diriger les personnes vers le bon endroit où les recevoir en fonction de leurs besoins », indique par voie de communiqué le Dr Stéphane Tremblay, président-directeur général adjoint de l’organisation.

Demandant à la population de « choisir judicieusement le lieu de ses services », le CIUSSS évoque que bien des gens ont le réflexe de se présenter à l’urgence.

« Jour après jour, on constate que près des trois quarts des personnes qui se présentent à l’urgence s’y rendent pour des problèmes de santé mineurs. Plusieurs de ces personnes peuvent attendre d’avoir un rendez-vous dans un GMF ou auprès de son médecin de famille dans un délai de 36 à 48 heures. »

Parmi les options, le CIUSSS note que plusieurs personnes seraient en mesure de « rester à la maison pour [se] soigner ».

En ce sens, il est possible de consulter Info-Santé en composant le 811, de parler à un pharmacien ou de voir votre médecin de famille ou une clinique sans rendez-vous. De plus, la clinique d’accès, rue Déragon à Granby, accueille la clientèle orpheline. Le site santeestrie.qc.ca permet aussi de se renseigner à propos des différents choix avant de se rendre à l’urgence.