Selon l'UCG, le maire de Granby, Pascal Bonin fait l'objet d'une plainte au DGEQ.

L'UCG dépose une plainte contre Bonin

Quelques jours après avoir été la cible d'une plainte au Directeur général des élections du Québec (DGEQ), l'Union des citoyens de Granby (UCG) en dépose une à son tour, cette fois à l'endroit du maire de Granby Pascal Bonin.
La plainte reprend l'allégation de l'UCG selon laquelle le maire de Granby aurait « omis de déclarer des dépenses et des entrées de fonds importantes dans son rapport électoral », a indiqué l'organisme citoyen dans un communiqué. « M. Bonin déclare avoir payé à une entreprise pour sa campagne publicitaire la somme de 1600,20 $, alors que les dépenses pour sa campagne ont été établies à 4175 $ plus taxes, soit 4800,21 $ », peut-on lire dans le document.
Sylvie Robidoux, fondatrice de l'UCG, est à l'origine de cette plainte. L'entreprise en question est-elle sa propre compagnie, Pub Pro Média ? Mme Robidoux a longuement argumenté avant de confirmer. M. Bonin aurait entre autres retenu les services de cette firme pour de la publicité mobile lors de sa campagne électorale de 2013.
Mme Robidoux allègue également que « les candidats indépendants qui se sont associés à [l'équipe de M. Bonin] lors des dernières élections municipales ont tous versé 681,01 $ à l'agent officiel du maire pour un total de 6129,09 $. [...] On constate en examinant le rapport que ces montants n'apparaissent pas dans sa déclaration remise au DGE. »
Motifs
La Voix de l'Est rapportait le 16 septembre dernier qu'une plainte avait été déposée au DGEQ contre l'UCG. Le citoyen derrière cette requête, qui a préféré taire son identité, a indiqué que « le regroupement de citoyens sollicite des dons, notamment en argent comptant, sur son site Web, alors qu'il n'est pas une organisation officiellement reconnue. Le fait que l'UCG, fondée par Sylvie Robidoux, semble favoriser un ou des candidats à l'élection municipale du 5 novembre, dont Yves Bélanger, est en outre relevé. »
Y a-t-il un lien entre les deux plaintes ? Pur hasard, fait valoir la fondatrice de l'UCG. « On ne dit pas que c'est le maire qui a déposé une plainte [contre l'UCG]. Ça s'est simplement croisé comme ça. Je viens juste d'avoir les documents il y a une semaine et demie à la Ville de Granby, a-t-elle affirmé. Je n'en veux pas à M. Bonin ou à qui que ce soit. »
Neutralité
Dans une correspondance adressée à l'auteur de la plainte contre l'UCG et dont La Voix de l'Est a obtenu copie, l'avocate au bureau des plaintes du DGEQ, Me Julie Roberge, remet en question la neutralité de l'UCG. « Nous avons constaté, à maints égards, mais non de façon généralisée, que l'Union des citoyens de Granby avait, selon toute vraisemblance, un penchant politique pour le candidat à la mairie Yves Bélanger, notamment en rapportant de façon favorable ses propos ou ses idées. »
Un penchant que rejette du revers de la main Mme Robidoux. « Il n'y a pas de proximité [avec M. Bélanger], a-t-elle clamé. [L'avocate] a certainement regardé le site de l'Union des citoyens de Granby. Mais je parle autant du maire Bonin que [de M. Bélanger]. Et si quelqu'un d'autre se présente, je vais en parler aussi. »
Par ailleurs, selon l'UCG, les dons sollicités via son site Internet son destinés à « agir et offrir plus de services à nos citoyens et citoyennes de Granby ». Appelée à préciser de quelle façon cela pourrait se concrétiser, Sylvie Robidoux a tenté d'esquiver la question. « Il n'y a pas de dons. Il y a un bandeau sur le site qui invite les personnes [à donner de l'argent], mais il n'y a pas de sollicitation. On fait des démarches et on fait des [collectes] de fonds. Il y a une plainte et je reviendrai bien à la charge pour mentionner pourquoi [je demande de l'argent]. »
Sous surveillance
Questionnée à savoir si elle a discuté jusqu'ici avec des représentants du DGEQ, la fondatrice de l'UCG a tenu des propos contradictoires. « On est en pourparlers, mais je n'ai parlé à personne. »
De son côté, le DGEQ a mentionné dans sa missive au plaignant qu'« étant donné notre analyse de la situation [...] nous avons communiqué avec l'Union des citoyens de Granby afin de [nous] assurer que les activités de ce regroupement ne contreviennent pas aux règles prévues à la LERM [Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités]. [...] Nous exercerons une vigilance attentive quant au site Web concerné ou à toute autre activité relative aux élections. »
De plus, Me Roberge rappelle dans ce même document que « rediffuser de la publicité électorale, offrir de la visibilité à une entité politique ou à son programme, diffuser des informations favorisant ou défavorisant une candidature, sont des gestes qui contreviennent à la LERM. »
Il n'a pas été possible de se faire confirmer vendredi par le DGEQ qu'une plainte a officiellement été déposée par l'UCG contre Pascal Bonin.

« Je n'ai pas à me laisser distraire »

Loin d'être déstabilisé par la plainte déposée contre lui, Pascal Bonin garde le cap sur sa campagne. « Je fais confiance aux instances. Je ne suis pas fâché, pas déçu, pas amer. Je n'accorde aucune importance à cette plainte, a-t-il indiqué en entrevue. [...] Mon mandat est de gérer la Ville de Granby et la MRC [de la Haute-Yamaska]. Je n'ai pas à me laisser distraire par ces choses-là. Je continue de faire ma campagne positive. »
Selon le maire sortant, les allégations de l'UCG ne sont « absolument pas fondées ». « Le rapport de Pascal Bonin a été approuvé par le DGEQ il y a déjà fort longtemps. Donc, je n'ai pas à commenter ce dossier outre mesure. [...] D'ailleurs, je ne me mêle jamais des chiffres dans une campagne. Un candidat ne va pas là. »