C’est sous des applaudissements nourris et entouré de ses proches que Louis Villeneuve a été couronné maire de Bromont.

Louis Villeneuve élu maire de Bromont

La tension est allée en crescendo tout au long de la soirée dans le hall de l’aréna de Bromont, alors qu’une foule nombreuse attendait le résultat du dépouillement du vote. C’est entouré de ses proches que Louis Villeneuve a été couronné maire, sous les acclamations­ de partisans en liesse.

« Villeneuve, Villeneuve ! », a scandé instantanément la foule lorsque l’ensemble des suffrages a été dévoilé tard en soirée. Le principal intéressé prenait alors la mesure du chemin parcouru pour atteindre son but. « Wow ! Quelle campagne ! a-t-il confié d’entrée de jeu en entrevue. J’ai vraiment tout donné. J’aime profondément Bromont et c’est une énorme fierté de pouvoir représenter les citoyens. Je crois que j’ai fait une très bonne campagne. Une campagne d’idées. Je sentais l’appui des gens sur le terrain et heureusement­, ça s’est concrétisé. »

Conseiller sortant, Louis Villeneuve­ a remporté une victoire convaincante, amassant 1865 votes devant sa collègue au conseil, Diane Perron et Yvon Carrier, ayant recueilli respectivement 1234 et 1202 voix. Quarante bulletins ont été rejetés. Notons que le taux de participation est de 58 %. Une donnée qui réjouit celui qui prendra la relève de Pauline Quinlan. « Les gens sont sortis voter en grand nombre. C’est signe que les gens se sentent interpellés pour l’avenir de leur ville. Vraiment, c’est une bonne nouvelle », a-t-il indiqué quelques minutes avant d’être couronné.

Implication

De son côté, Diane Perron prenait les choses avec philosophie. « J’ai fait une bonne campagne. J’ai respecté mes valeurs, c’est ce qui compte, a-t-elle mentionné. Ça a été très serré. J’aurais évidemment aimé que la balance penche de mon côté, mais ce n’est pas ce qui est arrivé. Alors il faut respecter le choix de la population. »

Malgré la défaite, celle qui a été élue comme conseillère en 2009 ne met pas une croix sur la politique. « Je vais prendre le temps de décanter tout ça, a-t-elle fait valoir. Il va s’en passer des choses en quatre ans. Mais c’est certain que je veux continuer de m’impliquer dans plusieurs comités à la Ville. »

Néophyte en politique, Yvon Carrier­ dit avoir « aimé l’expérience ». « Je suis content de ma campagne. Je crois que j’ai réussi à faire élever le débat. J’ai contribué à la prise de position de certains citoyens. [...] J’ai adoré le terrain. Les gens ont vraiment été généreux et je me suis aperçu que la majorité des citoyens ont les mêmes préoccupations. » Un retour en politique est-il possible ? « Je vais y réfléchir. En attendant, je vais pouvoir être près de mes enfants. »

Nouveau visage

Le conseil de Bromont aura définitivement un nouveau visage. Seuls Pierre Distilio et Réal Brunelle seront de retour dans leur district respectif, soit Mont-Brome et Pierre-Laporte. « Je suis très heureux d’avoir l’appui des gens de mon coin, a dit M. Distilio, qui a devancé ses rivaux Chantal Lecourt et Pierre Plante. J’ai vraiment travaillé fort sur le terrain. J’ai rencontré bien des gens et je sentais qu’une majorité m’appuyait. »

« J’ai fait beaucoup de porte-à-porte. Ça a fait la différence. Je suis très heureux d’être de retour au conseil pour quatre ans », a pour sa part lancé le vétéran conseiller Brunelle, qui a coiffé par 52 voix Francis Morin.

Dans le district 2, Claire Mailhot (433) l’a emporté devant Francine Ducharme (333). Michel Bilodeau a remporté une chaude lutte, devançant par 11 voix sa rivale, Guylaine Francœur, dans le quartier 3. Jacques Lapensée (465) fera un retour au conseil après une pause d’un mandat, alors que Caroline Lussier a recueilli 362 votes. Dans Adamsville, Marc-Édouard Larose l’a emporté par 63 voix devant Karine McNicoll.