Mercredi, le marquage de la traverse piétonnière a été refait en fonction de la nouvelle configuration de l’intersection.

L’intersection des routes 233 et 112 sécurisée

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec (MTQ) a sécurisé l’intersection des routes 233 (Notre-Dame) et 112 (Principale), cette semaine. On espère ainsi éviter des incidents comme celui qui s’est produit la semaine dernière.

Rappelons que le 9 juillet, la Césairoise Fernande Pelletier a failli être renversée par un véhicule lourd qui effectuait un virage à gauche alors qu’elle utilisait la traverse piétonnière à cette intersection fort achalandée. Il s’agissait-là d’un incident parmi plusieurs à s’être produits à cet endroit depuis quelques années.

Les deux routes étant de juridiction provinciale, la municipalité de Saint-Césaire n’a d’autre choix que de s’adresser au ministère pour faire sécuriser l’endroit. Or, a-t-on déploré à La Voix de l’Est, malgré plusieurs relances, les choses évoluent très lentement.

La semaine dernière, la Césairoise Fernande Pelletier a failli être renversée par un véhicule lourd qui effectuait un virage à gauche alors qu’elle utilisait la traverse piétonnière à l’intersection des rues Principale et Notre-Dame.

À cet endroit, le feu vert permet aux automobilistes circulant sur la rue Notre-Dame d’aller tout droit ou de tourner lorsque le feu de piétons permet à ceux-ci de traverser. Dans un tel cas, qu’on retrouve dans plusieurs municipalités québécoises, le Code de la sécurité routière accorde la priorité au piéton.

Lundi, des représentants du ministère se sont rendus sur place pour s’assurer que le feu de piétons était fonctionnel, précise Josée Séguin, porte-parole de la Direction régionale de la Montérégie du MTQ. Cette visite faisait suite à une nouvelle demande de rephasage des feux formulée par la municipalité plus tôt ce mois-ci.

Ils y sont retournés mercredi pour réaliser des travaux électriques aux feux de circulation pour allonger le temps d’engagement du feu piétonnier. Ce faisant, lorsque celui-ci entre en marche, les feux pour les véhicules demeureront rouges pour une période de huit secondes pour permettre au piéton d’entamer sa traversée. Auparavant, ce délai était de cinq secondes, a indiqué Mme Séguin.

Du même coup, le marquage de la traverse piétonnière a été repeint dans un autre angle pour sécuriser encore plus les piétons, a ajouté la porte-parole, précisant que depuis 2016, plusieurs communications ont eu cours entre Saint-Césaire et le ministère à propos de la sécurité routière sur son territoire.