La bourse de 25 000$ remportée par Darko Popovic servira dans un premier temps à rembourser certaines dettes contractées par Les aliments Bon vivant, le tout dans l’optique d’améliorer son crédit.

L’innovation de jeunes entreprises récompensée

Trois jeunes entrepreneurs de la région ont été récemment récompensés pour le caractère innovant de leur projet. Ils ont ainsi chacun mis la main sur une bourse d’honneur de 25 000$ pour leur permettre de développer leur plein potentiel.

Mardi, le ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon et sa collègue au Développement économique régional Marie-Eve Proulx ont annoncé l’octroi de 70 bourses à tout autant d’entrepreneurs âgés de 18 à 35 ans répartis dans les 17 régions administratives de la province.

À la suite d’un appel d’offres tenu l’automne dernier, un total de 400 dossiers de candidature avaient été acheminés à Québec dans l’espoir de mettre la main sur une part de la somme de 1,75 million de dollars allouée dans l’optique de «compléter l’offre de financement traditionnel et stimuler l’entrepreneuriat québécois».

Bon vivant: crédit et nouveau produit

Dans la région, trois lauréats ont su se démarquer au terme d’une finale régionale se déroulant devant un jury constitué d’entrepreneurs.

«On devait faire une présentation de cinq minutes, après quoi il y a eu une période de questions. Ceux qui nous les posaient ont connu des réussites et des échecs, et comme entrepreneurs, ils s’intéressaient à nos motivations et notre passion», raconte Darko Popovic, l’un des fondateurs de l’entreprise Les aliments Bon vivant, qui fait partie des récipiendaires.

La bourse de 25 000$ servira dans un premier temps à rembourser certaines dettes contractées par la jeune entreprise qui fabrique des barres nutritives à base de chanvre, le tout dans l’optique d’améliorer son crédit.

«Ces bourses sont importantes pour des entreprises comme la nôtre, où il est parfois difficile d’obtenir du financement institutionnel au départ. Nous sommes jeunes, nous n’avons pas de grands actifs, donc c’est plus difficile de se bâtir un crédit. Il y a certains prêts qu’on tient à rembourser en priorité afin de pouvoir contracter d’autres prêts.»

Le prix financera aussi la présence de Bon vivant à plusieurs événements, dont l’Expo Manger Santé ainsi que la tenue de kiosques en épicerie et lors d’événements sportifs.

«On travaille à faire connaître notre marque, explique M. Popovic. En ce moment, on génère des ventes et de l’intérêt. Ça va bien.»

Enfin, la somme permettra aussi de poursuivre le développement d’un nouveau produit à base de chanvre sous forme de boisson.

Amélie Fournier, propriétaire de L’atelier de Récup, s’est mérité une bourse d’honneur pour son projet d’atelier-boutique où sont revalorisés ou revendus des objets de tout acabit afin de leur faire bénéficier d’une toute nouvelle vie.

L’atelier de Récup en croissance

Amélie Fournier, propriétaire de L’atelier de Récup, s’est elle aussi mérité une bourse d’honneur pour son projet d’atelier-boutique où sont revalorisés ou revendus des objets de tout acabit afin de leur faire bénéficier d’une toute nouvelle vie.

«C’est un coup de pouce qui arrive à point, note la jeune femme, alors que la population est très sensibilisée à une consommation responsable et aux enjeux environnementaux. Pour moi, le timing est parfait.»

En proie à une demande constamment à la hausse, l’entreprise s’est relocalisée dans de plus grands locaux l’été dernier.

La bourse permettra à Mme Fournier de poursuivre la croissance de sa boutique.

«On est une jeune entreprise avec des moyens restreints, donc grâce à la bourse, on va pouvoir peaufiner l’aménagement de notre espace plancher et de notre entrepôt. C’est un bon coup de pouce», relève l’entrepreneure.

Un an de mentorat

Les bourses seront remises aux lauréats dans le cadre d’événements régionaux.

Dans la région, ce sera lors de la soirée LADN Montérégie, qui aura lieu le 25 mars à Boucherville. Cette distinction s’accompagne d’un accompagnement d’un an avec le service de mentorat du réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

«Comme entrepreneur, on se sent parfois bien seul, alors d’avoir un mentor, ça permet d’être un peu plus confiant», commente Mme Fournier, qui avait bénéficié d’un tel service au moment de démarrer son entreprise.

Le propriétaire de l’Érablière La Coulée Suisse située à Frelighsburg, Julien Dupasquier, fait également partie de la liste des récipiendaires.