Le président de la SHGQL, Gilles Bachand, a présenté vendredi le portail conçu par André Khalé.

L’Histoire des Quatre Lieux en quelques clics

Il sera désormais possible d’accéder à la base de données de la Société d’histoire et de généalogie des Quatre Lieux (SHGQL) dans le confort de son foyer. Vendredi, les bénévoles de l’organisme ont dévoilé le fruit de neuf ans de dur labeur.

Accessible via le site Internet de la SHGQL, le portail Web de l’organisme regroupe environ les références pour environ 95 % de son fonds d’archives, ce qui représente près de 10 000 notices, indique son président Gilles Bachand. « C’était important pour nous que les gens aient accès à nos archives et qu’ils puissent les consulter », explique-t-il.

Références d’articles de journaux, cartes, photos, actes notariés, livres d’histoire et autres documents relatant à la fois l’histoire des Quatre Lieux — les municipalités de Rougemont, Saint-Césaire, Ange-Gardien et Saint-Paul-d’Abbotsford —, du Québec et du Canada.

Fort de plus d’une vingtaine d’années d’expérience dans la gestion d’archives et de documents de plus de 130 clients — sociétés d’histoires, communautés religieuses, municipalités et organismes communautaires, entre autres —, c’est le développeur André Khalé, de la firme Infoka, qui a mis au point la plateforme de recherche.

Recherche facilitée

Pour trouver une notice, il suffit d’entrer un ou plusieurs mots clés dans l’outil de recherche. Il est aussi possible de préciser sa quête grâce aux critères établis dans deux menus défilants.

« Dans les bibliothèques, auparavant, tous les ouvrages étaient répertoriés dans divers cardex : un par sujet, un par thème, un par auteur... énumère M. Khalé. Comme tout se trouvait à plusieurs endroits, il y avait beaucoup de manipulations et de travail. Grâce au génie de l’information et des bases de données, on a accès à tout, en même temps et d’une manière beaucoup plus rapide. »

La liste exhaustive de toutes les notices comprenant les termes recherchés apparaît ensuite à l’écran, ce qui permettra à l’usager de recenser les documents qu’il souhaitera ensuite aller consulter à la Maison de la Mémoire, à Saint-Paul-d’Abbotsford.

Car les documents eux-mêmes n’ont pas encore été numérisés, prévient Gilles Bachand. « Éventuellement, c’est quelque chose que l’on souhaiterait faire, nuance-t-il, à commencer par notre revue qui compte 178 numéros sur l’histoire de la région. »

Une subvention du gouvernement fédéral pourrait faciliter le processus, a-t-il laissé entendre au député Pierre Breton, présent pour la démonstration.

Il sera aussi possible de chercher des documents par fonds, c’est-à-dire par collections, auxquelles on donne le nom de ses contributeurs. « On a plusieurs centaines d’histoires de famille, précise M. Bachand. Notre outil sera très utile pour des recherches généalogiques. »