Le circuit comprend notamment l’ancienne école du hameau.

L’histoire de Glen Sutton à travers un radioroman

Toutes les raisons sont bonnes pour flâner du côté de Sutton. Pour ses panoramas exceptionnels bien sûr, mais aussi pour ses recoins d’histoire qui valent le détour. Aux deux circuits patrimoniaux qui existent déjà vient désormais s’ajouter un tout nouveau parcours audioguidé sous forme de radioroman mettant en vedette Glen Sutton.

« Radioroman, je trouve que ça fait un peu vieux. Moi, je préfère parler d’un balado “dramatico-narratif” ! », suggère en riant la scénariste du circuit, Andrée Pelletier, issue du monde du cinéma.

Mais peu importe sa dénomination, ce circuit promet un véritable plongeon interactif dans l’histoire du hameau de Glen Sutton de 1900 à 1950.

Durant près de trois heures, à l’aide d’un téléphone intelligent ou d’une tablette, les curieux sont invités à se balader tantôt à pied, tantôt en voiture (ou à vélo), en se laissant raconter une intrigue historique chargée de rebondissements, avec musique, contes, photos et effets sonores à l’appui.

Époque mouvementée
Car cette époque n’a pas été de tout repos pour Glen Sutton. Contrebande d’alcool, vie quotidienne « à cheval sur la frontière », prostitution, boom touristique, inondations, incendies… Bien des événements ont marqué son âge d’or, puis son déclin.

L’audioguide fait notamment revivre le grand feu qui, en 1935, avait réduit en cendres la banque, le magasin général, la forge, l’allée de quilles et l’hôtel du village.

Bref, ses habitants en auraient long à raconter. Et c’est exactement ce qu’ils font tout au long du parcours qu’on peut télécharger gratuitement sur Guidigo, via le site web de la Ville de Sutton.

Intitulé Si ces chemins pouvaient parler, l’itinéraire bilingue compte 24 étapes sur une distance totale de 19 km.

La scénariste Andrée Pelletier, Pamela Dillon et l’agente de développement culturel Claudine Filion-Dufresne, ont fait un clin d’oeil au passé.

Une histoire « magique »
« C’est un projet beaucoup plus gros que ce qu’on avait imaginé au début, laisse entendre l’agente de développement culturel de Sutton, Claudine Filion-Dufresne. Le scénario rend l’histoire magique, avec des émotions comme dans la vraie vie. »

Le récit est né en grande partie des témoignages de trois aînés ayant vécu à Glen Sutton. Mais c’est à travers les yeux et la voix de l’orpheline Pearl Porter (1895-1982) que les visiteurs partent à la rencontre des lieux.

L’ancienne école, la vieille église, l’ancienne auberge et le cimetière — où repose aujourd’hui Pearl Porter — font partie des arrêts du parcours, sans compter tous les autres sites aujourd’hui disparus, mais qui revivent à travers une vingtaine de personnages.

« Mettre en valeur des lieux et des paysages, c’est aussi créer un lien émotif, pas juste installer des affiches. Cet audioguide, c’est un beau voyage dans le temps », fait remarquer Andrée Pelletier, en soulignant qu’elle disposait d’assez de contenu pour « faire dix heures ».

La production d’une seconde partie de ce « radioroman » est d’ailleurs envisagée.

Pour en savoir plus sur Si ces chemins pouvaient parler, on visite le www.sutton.ca, sous l’onglet Découvrir Sutton, puis Circuits patrimoniaux.