Le quintette à vent de l’Harmonie de Granby a assuré l’animation musicale lors de la soirée d’inauguration des nouveaux locaux de l’organisme.

L’Harmonie de Granby a inauguré ses nouveaux locaux

L’Harmonie de Granby a inauguré ses nouveaux locaux, mardi, dans le sous-sol du centre culturel France-Arbour. Il y a à peine deux semaines, l’organisme a déménagé ses instruments dans une salle qui répondra mieux aux besoins des différents ensembles musicaux.

« L’inauguration était urgente, dans le sens que nos activités commencent habituellement cette semaine. On les a repoussées d’une semaine », a souligné la présidente Lucie Trottier.

L’Harmonie de Granby était à l’étroit depuis un bon moment déjà dans ses locaux du centre récréatif de l’Assomption.

« Des tubas, des trombones, des batteries, ça prend de l’espace. On était très coincés. Et l’harmonie a pris beaucoup d’expansion au fil des dernières années. On a commencé nos premières démarches en 2011 pour se trouver un nouveau local. »

Une centaine de membres composent l’Harmonie de Granby.

La Ville de Granby a conclu une entente de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications pour la réalisation de travaux d’aménagement dans le local 100. L’insonorisation des lieux a été améliorée, par exemple.

« Je suis flutiste et la flute traversière se joue de côté. Alors, régulièrement, j’accrochais ma voisine avec ma flute, raconte pour illustrer la situation Mme Trottier. C’est réglé, il n’y aura plus ce genre de situation-là. On aura suffisamment d’espace pour respirer. »

« Le luxe »

Ce changement vient aussi répondre à un autre problème rencontré par les musiciens qui doivent, à chaque concert, déménager leur instrument et d’autres équipements. Au centre de l’Assomption, les escaliers sont particulièrement mal adaptés pour déménager à répétition les gros instruments.

« Au centre France-Arbour, on a un ascenseur. C’est vraiment le luxe ! On va rouler nos équipements jusqu’à l’ascenseur, puis jusqu’au stationnement. »

L’organisation pourra par ailleurs créer des alliances plus facilement avec les membres de la communauté culturelle et artistique, note Mme Trottier.

Près d’une centaine de personnes étaient au cocktail dînatoire.