On voit ici plusieurs personnes ayant participé au projet de formation sur la maltraitance des aînés: Isabelle Tardif, Monique Lacroix, Dany Beauregard, Andréanne Larouche, Éric Chalifoux et Patrick Caron.

Lever le voile sur la maltraitance des aînés

La maltraitance envers les personnes âgées a plusieurs facettes. Parfois évidentes, mais souvent subtiles. Question de faire tomber les tabous à propos de cette réalité et de sensibiliser autant les intervenants auprès des aînés que la population, une formation s’articulant autour de capsules vidéo sera lancée dès janvier dans Brome-Missisquoi.

« On sait qu’il y a des organismes qui portent la question de la maltraitance. Mais dans Brome-Missisquoi, à cause du redécoupage de la carte, on tombait dans une zone vide. Aucun organisme ne couvrait notre territoire. C’était donc important de s’approprier un projet comme ça », a indiqué en point de presse Andréanne Larouche, chargée de projet en sensibilisation sur la maltraitance envers les aînés.

Le projet a été initié par Justice Alternative et médiation. « On ne travaille pas avec les aînés habituellement, mais on a une expertise au niveau de l’intimidation et de la prévention, principalement chez les jeunes. On s’est rendu compte que peu importe la victime, le phénomène et les conséquences restent les mêmes », a mentionné Isabelle Tardif, directrice de l’organisme.

Plusieurs partenaires se sont greffés à l’initiative au sein de la MRC. Il s’agit des centres d’action bénévole de Farnham, Sutton et Bedford ainsi que la Cellule jeunes et familles de Brome-Missisquoi puis la Maison des jeunes de Bedford.

Freins

« Dans cette formation, on veut parler des formes de maltraitance. On veut parler d’intimidation. On veut aussi parler des freins. Pourquoi les gens ne dénoncent-ils pas les cas de maltraitance ? On veut également donner des indices pour que les gens reconnaissent les victimes. On va donner un peu de théorie, mais surtout discuter de capsules », a fait valoir Andréanne Larouche.

Tous les brefs vidéos ont été tournés dans la région au cours des derniers mois. Les sujets sont la maltraitance financière et psychologique, l’intimidation, l’intimité, l’âgisme et la bientraitance. Afin d’avoir le plus de flexibilité possible, trois formats de formation sont offerts : 90 minutes, une demi-journée ou par le biais de dîner-conférence.

L’un des comédiens bénévoles apparaissant dans les capsules vidéo, Éric Chalifoux, a relaté son expérience. « Ça m’a touché et interpellé comme être humain de faire le projet. [...] Ça m’a ramené à une histoire de mon enfance, a-t-il confié. Un bon monsieur avait un fils qui l’avait dépossédé de tous ses biens, tout doucement. Une fois à la retraite, son fils l’a gardé à la maison en le dépossédant chaque mois du chèque qui arrivait. Ça s’est poursuivi même après qu’il soit dans un centre d’accueil. [...] Malheureusement, personne n’a levé le petit drapeau. »

Pour de plus amples renseignements à propos de la formation, contacter Andréanne Larouche au 450-777-6471. Il est aussi possible d’obtenir de l’aide au sujet de la maltraitance via la ligne Aide abus aînés, au 1888-489-ABUS.