L’Estrie demeure zone orange malgré la hausse des cas

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
« Toute l’Estrie reste en orange, y compris dans les MRC où ça chauffe un peu plus, parce que nous sommes en maîtrise. Oui il y a beaucoup de cas dans la région du Granit, mais ce n’est pas le seul indicateur à prendre en considération. Il y a aussi la question de maîtrise des éclosions, de notre capacité de travailler avec les milieux, d’intervenir, d’enquêter, de contacter les gens, et ça va bien de ce côté-là », a assuré lundi après-midi le Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie.

Quarante-sept Estriens ont été testés positifs à la COVID-19 dans les dernières 24 heures. Même la MRC du Granit, pourtant fortement affectée par COVID-19 en ce moment, va donc demeurer en zone orange.

« Nous en avons discuté avec le ministère de la Santé hier (dimanche), avec le Dr Arruda et son équipe, et nous en sommes tous venus à conclusion que la MRC du Granit pouvait rester en zone orange pour toutes les raisons que je viens d’énumérer », a-t-il ajouté.

En ce moment, il y a 37 éclosions actives en Estrie. La plupart se trouvent dans des milieux où la Santé publique peut intervenir efficacement.

« Prenons l’exemple d’une entreprise agroalimentaire de la Haute-Yamaska où on a compté 50 cas. Aujourd’hui, il n’y a plus de nouveaux cas. C’est un bel exemple d’un endroit où on a agi efficacement », mentionné le Dr Poirier.

Le nombre total de cas confirmés de COVID-19 depuis le début de la pandémie est maintenant de 2354 personnes. Toutefois, 1978 personnes sont rétablies et 34 personnes sont décédées des complications liées aux coronavirus. Il reste donc 342 cas actifs dans la grande région sociosanitaire de l’Estrie. 

Pour uniformiser les données, l’Institut national de la santé publique du Québec calcule tous les jours le nombre de cas actifs dans chacune des MRC en les calculant sur une population de 100 000 habitants. 

Ainsi, la MRC du Granit compte actuellement un taux très important de 412 cas actifs par 100 000 habitants, l’un des taux les plus élevés de la province. Suit ensuite le RLS d’Asbestos (MRC du Granit) avec 224 cas actifs par 100 000 habitants. Par la suite, on retrouve le RLS de la Haute-Yamaska (102 cas actifs/100 000 habitants), du Val-Saint-François (50 cas/100 000 habitants), du Haut-Saint-François (44 cas/100 000 habitants), de Sherbrooke (34 cas/100 000 habitants), puis de la Pommeraie (30 cas/100 000 habitants) et finalement de Memphrémagog (19 cas/100 000 habitants).

Dans le bilan dressé lundi par la Santé publique de l’Estrie, c’est dans le RLS de la Haute-Yamaska que l’on retrouve la plus forte augmentation des dernières 24 heures. 20 habitants y ont été déclarés positifs à la COVID-19.

Cette hausse s’explique notamment par le dépistage massif qui a eu lieu à la résidence privée pour aînés (RPA) la Résidence du Mont, à Granby, qui a fait un bond de 16 cas positifs lundi. Jusqu’ici, 27 résidents et cinq employés sont déclarés positifs à la COVID-19. Cette RPA se trouve maintenant sur la liste des « RPA en situation critique » avec plus de 35 % de ses résidents touchés.

Par ailleurs, sept des nouveaux cas proviennent de Sherbrooke, cinq de la MRC des Sources et cinq autres du Haut-Saint-François.

Durement touchée par la deuxième vague de la pandémie, la MRC du Granit voit son nombre de nouveaux cas demeurer plutôt bas pour la deuxième journée de suite avec quatre nouveaux cas ce lundi et cinq dimanche. Toutefois, samedi, la région avait fait un bond de 24 nouveaux cas.

Une vaste offensive est d’ailleurs lancée dans la MRC pour contrer cette deuxième vague de la pandémie.

Huit personnes atteintes de la COVID-19 sont actuellement hospitalisées dans les hôpitaux de Sherbrooke, mais aucune ne se trouve aux soins intensifs.

RLS et MRC?

La désignation de la « région de l’Estrie » représente le plus souvent la région administrative de l’Estrie, composée de la Ville-MRC de Sherbrooke et de six MRC situées tout autour (MRC du Granit, des Sources, Haut-Saint-François, Val-Saint-François, Coaticook et Memphémagog).

Dans le domaine de la santé, les régions du Québec sont toutefois plutôt divisées en 18 régions sociosanitaires, dont l’Estrie.

Les régions sociosanitaires ne sont pas découpées par MRC, comme dans les régions administratives, mais plutôt par « réseaux locaux de services » (RLS). Les MRC et les RLS sont souvent identiques, comme c’est le cas pour les sept MRC-RLS de l’Estrie administrative, mais pas toujours.

Lors de la création du CIUSSS de l’Estrie-CHUS le 1er avril 2015, deux RLS se sont ajoutés à la région sociosanitaire de l’Estrie. En plus des sept RLS de la région administrative de l’Estrie, on retrouve dans l’Estrie sociosanitaire deux autres RLS, soit celui la Haute-Yamaska, où on retrouve les villes de Granby et Bromont, ainsi que le RLS de la Pommeraie (incluant Cowansville).

Les RLS de la Haute-Yamaska et de la Pommeraie font donc partie de la région sociosanitaire de l’Estrie. Toutefois, d’un point de vue administratif, ces deux RLS font plutôt partie des MRC de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska et font donc partie de la grande région administrative de la Montérégie.