Les cavaliers de la SQ ont notamment sillonné la rue Shefford afin de pratiquer différents types d’interventions.

L’escouade équestre de la SQ s’entraîne à Bromont

Une dizaine de cavaliers de la toute nouvelle équipe équestre de la Sûreté du Québec ont fait tourner bien des têtes au cours des derniers jours à Bromont, alors qu’ils participaient à un entraînement en plein coeur du Vieux-Village.

La Sûreté du Québec a mis sur pied son équipe équestre il y a moins d’un an, au terme d’un projet-pilote. Les cavaliers et leurs montures ont pu peaufiner différentes techniques d’intervention durant une semaine à Bromont. Un choix incontournable étant donné la renommée des installations équestres qui s’y trouvent, a indiqué le capitaine Daniel Huard, coordonnateur de l’escouade. 

Des simulations d’arrestation de piétons et d’automobilistes étaient notamment au programme. Les policiers ont aussi pu se familiariser avec des opérations à haut risque à cheval, entre autres avec des individus armés ou des personnes mentalement instables.

Les chevaux sont par ailleurs des alliés de taille lors d’interventions avec une foule. « Le cheval peut remplacer huit policiers. Lorsqu’on fait de l’encadrement de manifestants, ça amène un plus parce que le cheval est très imposant », fait valoir M. Huard.

On ne parle toutefois pas d’une utilisation des cavaliers de la SQ dans un cadre « antiémeute ». « On fait des patrouilles de sécurité, de la protection, mais on ne fait jamais de redressement de foule », a spécifié le coordonnateur.

Plus de 100 missions

L’équipe est constituée de neuf chevaux canadiens, la race emblématique du pays, ainsi que quelques chevaux miniatures. Les bêtes sont réparties à Sainte-Agathe-des-Monts, Sherbrooke et en banlieue de Québec. De leur côté, les cavaliers occupent des postes à travers la province sur des unités.

« Pour une intervention, on les dégage de leurs tâches régulières. La plupart sont patrouilleurs. Il y a aussi des enquêteurs et des maîtres chien », a mentionné M. Huard.

Depuis avril, l’équipe équestre de la SQ a réalisé 150 missions, au coeur desquelles l’approche communautaire a été omniprésente, a fait valoir le capitaine. « En terme de communication, le cheval amène les gens vers nos policiers. Ça nous donne une excellente porte d’entrée pour faire de la prévention. »

Le projet de l’escouade se veut également « vert dans une certaine mesure », a ajouté celui qui la dirige. « À l’ère où on multiplie les démarches pour protéger l’environnement, l’utilisation d’un cheval est pas mal moins polluante qu’une autopatrouille. »