Sébastien Lefebvre, sa conjointe Julie Bourgea (tous les deux à droite sur la photo) et leurs voisins savourent leur victoire après des années de procédures judiciaires. La Cour suprême a refusé d'entendre l'appel de Granby Multi-Sports dans l'affaire du club de tir. Cette décision met fin aux procédures judiciaires.

Les voisins du club de tir soulagés

Sébastien Lefebvre, sa conjointe Julie Bourgea et leurs voisins peuvent enfin savourer leur victoire et tourner la page sur la saga qui les oppose au club de tir de Granby depuis des années. La Cour suprême refuse d'entendre l'appel du club géré par Granby Multi-Sports, ce qui vient mettre fin aux procédures judiciaires.
« C'est une nouvelle qui se prend bien !, estime Sébastien Lefebvre, ce citoyen qui a mené une bataille juridique en compagnie de sa conjointe et de leurs voisins pour avoir droit à plus de quiétude dans leur quartier. On a fait ça pour mettre notre pied à terre parce que c'était vraiment David contre Goliath. »
Les procédures ont débuté en 2012. Le couple et leurs voisins, qui habitent près du club de tir du 11e rang, ont poursuivi Granby Multi-Sports. Ils alléguaient que le bruit avait considérablement augmenté au cours des dernières années et minait leur qualité de vie. Pendant le procès, le couple avait exprimé son désarroi en disant vouloir « jouir de [sa] maison, de [son] terrain, sans être obligée de quitter, le samedi, à cause du champ de tir », avait déclaré Mme Bourgea en décrivant le bruit provenant du centre comme étant « excessif, pas vivable et enrageant. »
Après un premier jugement de la Cour supérieure, la Cour d'appel a donné raison aux plaignants en 2015. 
Le club de tir doit depuis fermer toutes les fins de semaine pendant la saison estivale à l'exception de celles reliées à deux tournois. Granby Multi-Sports est aussi condamné à verser 10 000 $ en dédommagements à M. Lefebvre et Mme Bourgea, eux qui réclamaient le double de cette somme.
« On est contents que ce soit terminé, on est contents de la façon que ça a viré, dit M. Lefebvre. On ne sera plus obligé de se demander s'ils vont tirer beaucoup le samedi pour inviter des amis. Ils vont simplement être fermé. C'est sûr qu'on est très contents pour ça. »
Plus de recours
Granby Multi-Sports s'est adressé à la Cour suprême, son ultime et dernier recours. Celle-ci a fait savoir jeudi qu'elle refuse d'entendre la demande d'appel du club de tir qui est rejetée avec dépens. Cette décision signifie qu'aucun recours devant les tribunaux n'est désormais possible.
Une voisine, mère de six enfants, était aussi emballée par la décision. « Elle pleurait de joie ! C'est une maman à la maison et elle habite encore plus près du champ de tir. Elle le subit encore plus que nous », indique M. Lefebvre.
La directrice adjointe aux affaires juridiques à la Ville de Granby, Me Marlène Pinchaud, a rappelé que la Ville a déjà modifié sa réglementation quant aux heures de fermeture en réponse au jugement du tribunal. Si Granby Multi-Sports craignait une diminution de ses membres, la Ville s'inquiétait plutôt pour les répercussions quant à l'entraînement de ses policiers. « Pour la Ville, l'inquiétude vient plus du fait que s'ils n'ont pas suffisamment de membres pour faire vivre le club de tir et qu'ils le ferment, c'est l'endroit où nos policiers s'entraînent, donc par ricochet ça nous touche », dit-elle. 
Granby Multi-Sports n'a pas donné suite à la demande d'entrevue de La Voix de l'Est, jeudi. 
- Avec la collaboration de La Presse canadienne