Au vignoble de l'École du 3e rang à Saint-Joachim-de-Shefford, Robert Brien s'inquiète déjà du printemps.

Les vignes résistent bien aux humeurs de Dame Nature

Les froids sibériens qu'on connaît cet hiver, le verglas et les changements de température draconiens mènent la vie dure à la nature environnante. Bonne nouvelle cependant, les vignes semblent résister vaillamment!
Pierre Genesse du Domaine Vitis a prévu le coup il y a longtemps. «On n'a pas voulu être trop téméraires. Dès le départ, nos cépages avaient été choisis pour leur résistance au froid. Jusqu'à -34 °C en fait. Ça nous permet de bien dormir», affirme le vigneron de Brigham, qui utilise notamment du Frontenac.
Ce dernier n'enterre pas ses pieds de vigne. Ceux-ci sont simplement attachés et laissés à l'air libre. «Les branches sont souples. De toute manière, chaque printemps, on enlève 90 % du bois...», explique-t-il.
Tous les détails dans notre édition de samedi