Les Viandes Dunham exerce ses activités sans certificats d’autorisation du ministère de l’Environnement et éprouvent des difficultés à traiter leurs eaux usées.

Les Viandes Dunham dans le collimateur du ministère de l’Environnement

Les Viandes Dunham sont dans le collimateur du ministère de l’Environnement. L’entreprise spécialisée en produits de viande marinée continue d’exercer ses activités malgré des manquements à ses certificats d’autorisation, notamment sur la gestion de ses eaux usées.

Depuis décembre 2016, trois manquements ont été signalés par le Ministère à l’entreprise dont les installations se trouvent sur la route 202 à Dunham. Les inspections ont permis de constater que l’usine envoie ses eaux domestiques dans le réservoir des eaux usées, qu’elle dépasse le volume d’eau autorisé dans ses procédés de production et qu’elle prélève trop d’eau mensuellement de son puits, confirme un document du Ministère que La Voix de l’Est a obtenu. Un avis de non-conformité a été signifié à l’entreprise en janvier 2017 pour ces manquements à la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE).

Un deuxième avis de non- conformité a été émis en juillet 2017, car l’entreprise, vendue quelques mois plus tôt, ne disposait plus de ses deux certificats d’autorisation (pour exploiter une usine de transformation de viande et pour exploiter un puits d’alimentation en eau souterraine), en infraction de la LQE. Un transfert des certificats a été demandé le 16 décembre 2016 au profit du nouveau propriétaire, Oly-Robi transformation SEC. La demande a cependant été refusée le 18 mai 2017, car l’entreprise ne respectait pas une condition d’un des certificats d’autorisation qui exigeait qu’un système de traitement des eaux usées soit installé.

Lors de sa dernière inspection le 31 mai 2018, le Ministère a constaté que l’entreprise poursuivait ses activités malgré qu’elle ne détenait toujours pas de certificats d’autorisation. La direction de la compagnie a toutefois informé les représentants gouvernementaux qu’elle était en discussion avec la Ville de Dunham pour se brancher au réseau d’égout de Cowansville et demandait donc un sursis.

Le réseau d’égout devait être prolongé jusqu’au terrain qui accueillera le futur poste de la Sûreté du Québec, situé tout près de l’usine des Viandes Dunham. Ce projet a été abandonné en début d’année par les autorités municipales de Dunham en raison des coûts trop élevés pour prolonger le réseau cowansvillois.

Solution permanente

Joint jeudi, le maire de Dunham Pierre Janecek a dit travailler sur une solution permanente aux problèmes de traitement des eaux usées des Viandes Dunham. Il envisage d’utiliser un terrain adjacent au futur poste de la SQ pour y installer un système de traitement des eaux usées. L’entreprise paiera tous les coûts, a-t-il dit. « On attend que le poste soit bâti, puis on va ensuite s’attaquer à ça », a-t-il indiqué.

Dans l’intervalle, les eaux usées des Viandes Dunham continueront d’être transportées toutes les semaines par camion-citerne jusqu’à l’usine d’épuration des eaux usées de la municipalité pour y être traitées. L’entreprise verse à la municipalité une compensation pour ce service. Le maire n’a pu dire quel était le montant.

Comme c’est son habitude lors de l’émission d’avis de non-conformité, le ministère de l’Environnement se garde le droit d’intenter des poursuites contre le contrevenant, confirme Daniel Messier, porte-parole de l’organisme en Estrie.