Les urgences du centre hospitalier de Granby débordent régulièrement depuis le mois de novembre.

Les urgences débordent à Granby et à BMP

Les urgences ne dérougissent pas en Estrie. Depuis des semaines, le taux d’achalandage dépasse la capacité d’accueil de plusieurs salles d’urgence du territoire du CIUSSS de l’Estrie — CHUS. Et c’est à Granby et Cowansville où la situation est la pire alors que le taux d’occupation a atteint jusqu’à 155 % de sa capacité.

L’urgence de l’hôpital de Granby déborde depuis près d’une semaine. Vendredi matin, à 9 h, 32 patients étaient en attente d’un lit alors que seulement 20 sont disponibles. À ce moment-là, 11 patients attendaient depuis plus de 24 h, dont une personne depuis plus de 48 h.

Il faut remonter au matin du 31 décembre pour retrouver un taux d’achalandage inférieur à la capacité d’accueil. Quatre civières demeuraient alors disponibles. On comptait toutefois deux patients en attente depuis plus de 24 h, dont une personne depuis plus de 48 h.

Manque de personnel

Au début du mois de décembre, La Voix de l’Est rapportait que l’urgence de l’hôpital de Granby était en surcapacité depuis la fin du mois d’octobre. La présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est, affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ-SPSCE), Sophie Séguin, estimait que la difficulté de recruter du personnel infirmier et le taux d’absentéisme élevé pourraient être en partie responsables de la situation.

Il n’a pas été possible de joindre Mme Séguin vendredi après-midi, et les employés questionnés sur place ont refusé de commenter.

À Brome-Missisquoi-Perkins 25 attendaient d’avoir accès à un lit vendredi midi alors que seulement 16 sont disponibles.

Résignés

Vendredi, le petit Benjamin et sa mère Jennifer semblaient résignés à passer la journée dans la salle d’urgence de l’hôpital de Granby. « Pour l’instant, la patience tient bon, surtout la sienne ! », souligne Jennifer qui s’inquiétait pour la fièvre de son garçon. « J’ai prévu le coup en apportant des livres et de quoi le divertir », ajoute-t-elle.

Bruno Fréjau semblait aussi trouver le temps long. Il attendait de recevoir des soins pour une fracture à la jambe depuis environ 8 h vendredi matin. « Nous sommes allés chez le kinésiologue hier [jeudi] pour une radiographie. Si ça n’avait pas été cassé, nous ne serions pas ici. Là, nous en avons la preuve, mais ça n’accélère pas notre passage », explique Guy Fréjau qui accompagnait son fils dans l’attente. M. Fréjau observait que la salle s’est progressivement remplie au courant de l’avant-midi. « Les gens toussent beaucoup, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de cas de grippe », observe-t-il.

Un peu plus loin, Anne-Marie et Méganne qui patientaient depuis 10 h s’estimaient « chanceuses dans leur malchance » si elles pouvaient obtenir les résultats d’une prise de sang avant 16 h. « On a été classé en priorité 3 alors que la majorité des gens qui attendent sont en priorité 4. Nous sommes passés avant des gens qui étaient là avant nous », expliquait Anne-Marie.

Brome-Missisquoi-Perkins

Du côté de l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins, à Cowansville, le taux d’occupation des lits de l’urgence a grimpé jusqu’à 155 % vendredi à 13 h. Vingt-cinq patients attendaient d’avoir accès à une civière alors que seulement 16 sont disponibles. À ce moment-là, quatre personnes étaient aux urgences depuis plus de 24 h dont une qui a dû patienter plus de 48 h, tandis que 11 étaient en attente d’hospitalisation.

À Brome-Missisquoi-Perkins comme à l’hôpital de Granby, l’achalandage des urgences a connu une période d’accalmie entre Noël et le jour de l’An.

Ailleurs sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie — CHUS, la situation était moins difficile. À 14 h vendredi, l’Hôtel-Dieu, le CSSS de Memphrémagog, le CSSS de la MRC de Coaticook, le CSSS du Granit et l’hôpital d’Asbestos affichaient un taux d’occupation des lits inférieur à la capacité d’accueil.

Dans la province, certains centres hospitaliers affichaient toutefois un taux d’occupation supérieur à 200 %.