Alain Fayle et Chantal Bruyère, dirigeants des Résidences Distinction à Granby, disent prioriser la communication avec leurs employés.

Les Résidences Distinction, un employeur de choix

Les efforts déployés par les propriétaires des Résidences Distinction pour revoir leurs méthodes de gestion des ressources humaines ont porté leurs fruits. La PME de Granby a remporté la mention platine du programme Employeur de choix Aon pour les petites et moyennes entreprises.

« Quand on a soumis notre candidature, on voulait connaître le taux d’engagement de nos employés. On sait qu’on est dans une période assez difficile pour le recrutement. On voulait aussi confirmer qu’on met nos sous à la bonne place parce qu’on a un gros programme de reconnaissance. On en fait beaucoup avec l’équipe », a fait valoir Alain Fayle.

Celui-ci est directeur général de deux des trois résidences pour personnes âgées à Granby sous l’égide des Résidences Distinction, soit le Pavillon du Parc et le Pavillon Leduc. Il fait équipe avec sa conjointe Chantal Bruyère, qui assure la direction générale de la troisième résidence, le Pavillon Louis G. Choinière. Le couple est actif au sein de la PME depuis 2011 avec les soeurs Sonia, Michelle et Johanne Leduc qui en sont, elles, copropriétaires depuis 2005.

Selon M. Fayle, cela fait environ quatre ans qu’un virage a été entrepris au sein de l’entreprise, qui compte 70 employés. Celui qui a fait l’École d’entrepreneurship de Beauce dit s’être inspiré des meilleures pratiques d’autres entrepreneurs en matière de ressources humaines. « On s’est fignolé quelque chose qui tient la route, qui n’est pas lourd à supporter pour les employés. On essaie d’alléger le plus possible nos processus pour que ce soit le plus facile possible et qu’il n’y ait pas 15 étapes à faire pour proposer un changement ou partager une idée », dit-il.

Communiquer

La mise en place d’un programme de reconnaissance qui souligne chaque année dans le cadre d’un gala, outre les années de services, le bas taux d’absentéisme ainsi que les bons coups des employés, est une des particularités des Résidences Distinction.

Les employés sont par ailleurs encouragés à relever les bons coups de leurs pairs et à les noter sur une carte qu’ils se remettent. « C’est comme une claque dans le dos, mais par leur pair. (...) Au début, quand on a commencé, ils trouvaient ça un peu bébé. Mais quand c’est un confrère de travail qui te remercie parce qu’il était moins productif une journée et qu’il apprécie le coup de main que tu lui as donné, ça a une valeur ajoutée à juste se dire merci », explique Alain Fayle.

La communication est priorisée. Les employés sont rencontrés individuellement à six reprises dans l’année par la direction. Des rencontres semestrielles de groupe sont aussi à l’agenda. « On partage où on s’en va et on arrive d’où. On essaie d’être le plus transparents possible avec nos employés. On leur partage nos bons coups et nos moins bons. Ils savent tout sur l’entreprise. On est aussi présents au quotidien, moi et ma conjointe. On a en plus commencé les cafés-causeries. C’est une autre façon d’aller chercher du feedback dans une atmosphère moins officielle », relève M. Fayle.

Les effets sont perceptibles, assure-t-il. Le taux de roulement a diminué, le taux d’absentéisme aussi. « La gastro du samedi soir l’été quand il fait 30 degrés, on n’en a plus », indique M. Fayle.

Dans le cadre du programme canadien Employeur de choix Aon, l’ensemble des employés a été sondé de façon anonyme. Les résultats ont entre autres relevé, selon le directeur général, un taux de mobilisation des employés de 85 %. Obtenir la mention platine dès la première démarche de l’entreprise auprès de ce programme est une source supplémentaire de fierté pour le dirigeant.