Armés de pancartes et de drapeaux, de nombreux enseignants ont protesté contre la lenteur des négociations avec Québec quant au renouvellement de leur convention collective, jeudi, à Saint-Césaire.
Armés de pancartes et de drapeaux, de nombreux enseignants ont protesté contre la lenteur des négociations avec Québec quant au renouvellement de leur convention collective, jeudi, à Saint-Césaire.

Les profs manifestent à Saint-Césaire

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Des dizaines d’enseignants du centre de services scolaire des Hautes-Rivières ont manifesté en plusieurs endroits du centre de la Montérégie, jeudi après-midi, notamment devant la halte routière à Saint-Césaire.

Armés de pancartes et de drapeaux, ils ont protesté contre la lenteur des négociations avec Québec quant au renouvellement de leur convention collective nationale.

«Il n’y a pas d’avancée du tout, c’est mort, mort, mort», déplore Ysabel Racine, secrétaire générale du Syndicat de l’enseignement du Haut-Richelieu (SEHR), qui prenait part à la manifestation.

Les enseignants demandent une augmentation de salaire de 6 % sur trois ans et une meilleure équité salariale, pour les métiers généralement féminins, comparativement à ce qui est offert au privé.

Ils exigent aussi une baisse des ratios maître-élèves «pour avoir le temps de s’occuper des élèves à besoins particuliers qu’on intègre de façon sauvage dans les classes», dit Mme Racine.

Les négociations avec le gouvernement, comme pour toute la fonction publique, ont commencé en mars dernier.

«Le gouvernement dit vouloir régler rapidement, mais il ne bonifie pas son offre de départ, dit la secrétaire générale du SEHR. On ne sent pas vraiment d’ouverture de leur part d’améliorer quoi que ce soit.» D’autres actions sont prévues dans les semaines à venir, dit Mme Racine.