La liste des priorités 2019 de l’administration municipale est longue, affirme le maire de Granby, Pascal Bonin.

Les priorités du maire de Granby pour 2019

Réalisation des travaux de la rue Saint-Hubert, élaboration d’un nouveau cadre financier, poursuite des grands projets, mise en œuvre de l’an 3 de Granby est zoo : l’année 2019 ne manquera pas d’action, estime le maire de Granby, Pascal Bonin.

Parmi la somme des projets en cours ou annoncés, la réfection en deux phases de la rue Saint-Hubert dans le secteur canton, qui entraînera un investissement total de près de 7 millions de dollars, en est un d’importance aux yeux du maire.

« Je pense qu’après ces travaux-là, la nouvelle ville va plus prendre son sens. Les gens vont aussi voir qu’on est là avec le plan de mobilité active. La piste multifonctionnelle qu’on va y aménager va éventuellement joindre la rue Principale et le centre-ville. L’ancien canton va être beaucoup plus partie prenante de la ville, je trouve », a fait valoir le maire en entrevue avec La Voix de l’Est.

La première phase du chantier devrait s’étirer sur environ 16 semaines, à compter de la mi-mai, dans la section comprise entre le boulevard David-Bouchard et la rue Mont-Royal.

Finances

Les finances seront un autre dossier chaud, alors que le gouvernement provincial devrait conclure en 2019 un nouveau pacte fiscal avec les municipalités. Les modalités de partage n’ont pas été établies, mais si le transfert souhaité d’un point de TVQ aux municipalités se concrétise, cela pourrait se traduire par une somme supplémentaire de quelque 8 millions de dollars par année pour la Ville, avance Pascal Bonin.

Le conseil municipal entend donc, dans la foulée, élaborer un nouveau cadre financier pour les années 2019, 2020 et 2021. « Le comité des finances veut s’asseoir pour être en avant de la parade et réfléchir à ce qu’on va faire avec ça. [...] On veut avoir un plan de match pour savoir déjà quoi faire quand ça va arriver », dit-il.

Selon le maire, le précédent cadre financier a porté ses fruits et a permis à la Ville de tirer son épingle du jeu. La dette de Granby a peu fluctué, alors que des projets majeurs ont été réalisés et « payés comptants ».

Granby est zoo

Un nouveau chapitre de la campagne Granby est zoo sera par ailleurs écrit cette année. Pascal Bonin se fait discret sur l’allure que prendra cette troisième mouture de la campagne visant à insuffler une image distinctive à la ville. Mais il se questionne sur la poursuite du projet. Le conseil municipal devra se pencher sur la question.

S’il n’en tient qu’à lui, ce sera la dernière année de Granby est zoo. « Il ne faut pas attendre de tomber dans le mauvais goût pour arrêter. Je trouve que c’est un projet extraordinaire. Je pense que des citoyens se sont attachés à ce projet-là. Mais il ne faut pas faire des œuvres pour faire des œuvres et étirer la sauce. La créativité, ce n’est pas de toujours faire la même chose », dit-il.

Palace

Les grands projets déjà en marche, comme la construction du centre aquatique, la transformation de l’église Notre-Dame et la revitalisation du centre-ville, continueront à suivre leur cours. Mais le maire affirme avoir aussi la réfection de la salle du Palace dans sa mire. « Je pense qu’il faut y aller. Granby est une ville-centre et elle doit avoir une salle de spectacles de ville-centre. Il faut trouver une façon d’être polyvalent », affirme Pascal Bonin.

Ce n’est sûrement pas cette année que de grands travaux seront lancés, mais un travail d’analyse sera néanmoins réalisé, alors que la Ville a confié l’automne dernier un mandat à une firme d’architectes pour la réalisation d’une étude préliminaire sur de potentiels travaux de rénovation.

En vrac

La Ville de Granby devra par ailleurs prévoir une nouvelle phase d’agrandissement du parc industriel. « On n’a presque plus de terrains industriels. C’est dans notre mire depuis un certain temps. On va continuer à travailler le dossier. Mais il va falloir dézoner pour ça », glisse le maire.

Selon lui, la protection des milieux naturels, la révision du plan vert, la vocation de la Ferme Héritage Miner et l’ajout de logements sociaux sont d’autres dossiers qui figurent parmi les priorités de l’administration municipale.

Une nouvelle mouture du site web de la Ville devrait par ailleurs être lancée d’ici quelques mois, dit Pascal Bonin. Selon lui, si l’esthétique sera améliorée, le site sera surtout plus moderne et fonctionnel. « Le nouveau site va être prêt à avoir des plates-formes et des forums. On a bâti l’architecture pour aller vers ce que le conseil souhaite, soit les discussions avec les gens », déclare-t-il.

L’informatisation des constats émis par le service de police représentera par ailleurs un important changement qui devrait faciliter le travail de l’administration municipale, relève en outre le maire.

STIMULER LA CRÉATIVITÉ DES CITOYENS

Le maire de Granby souhaite apporter des « changements profonds » à la gouvernance de la Ville. Il veut une plus grande interactivité avec les citoyens. Le plan d’action de la nouvelle vision stratégique de la Ville, qui sera adopté en 2019, devrait refléter cette nouvelle philosophie, selon lui. 

« J’ai l’ambition d’amener la ville à un niveau supérieur. Je vois les trois prochaines années comme une opportunité formidable pour que le conseil municipal donne un tournant à la ville », laisse tomber Pascal Bonin. 

Celui-ci affirme que l’énoncé de la vision stratégique 2018-2022 de la Ville, « Granby, naturelle et audacieuse dans son expérience humaine », est au cœur de cette transformation. Les projets issus du plan d’action en seront le reflet. 

Plus que jamais, l’audace semble agir comme un moteur pour le maire Bonin. Son départ des réseaux sociaux l’incite à être imaginatif, dit-il, pour communiquer avec les citoyens. Pas question de ramener les Samedis matins du maire Bonin. Il cogite entre autres sur un modèle « d’atelier futuriste destiné à stimuler la créativité des citoyens », où l’ambiance serait assurée. 

Ce faisant, cela donnerait « la chance à des gens qui n’ont pas de voix ou de super bonnes idées qui ne se rendent jamais » de réfléchir à des projets qui pourraient être mis de l’avant à Granby pour que « l’expérience citoyenne s’améliore », estime Pascal Bonin. Lui-même veut ouvrir « la mallette d’idées » qu’il a accumulées au cours des dernières années et lors de ses voyages outre-mer, notamment dans le cadre des missions pour les villes intelligentes.

Autre chose 

Cette « approche différente » qu’il souhaite mettre de l’avant au cours des prochaines années lui vaudra sûrement des critiques, croit le maire. « C’est très osé la façon dont je veux le faire. Mais, en quelque part, on ne peut pas arriver à des changements sans oser et sans sortir du cadre », estime-t-il. 

C’est ainsi à un « changement social » que Pascal Bonin aspire. « On veut un plan d’action qui va avoir un impact sur les citoyens qui forment notre communauté », dit celui qui croit que « la culture d’affrontement » n’a plus lieu d’être. 

Les opérations de déneigement et la réparation des nids-de-poule continueront à faire partie des priorités, reconnaît-il. « Mais il y a aussi bien d’autres choses à faire dans une ville », souligne Pascal Bonin.