« C’est une mine d’or en formation », estime Joel Perron, directeur du Service de sécurité incendie d’Acton Vale, au sujet des mises à feu qui seront réalisées dans une maison vouée à la démolition.

Les pompiers d’Acton Vale s’exerceront dans une maison

Pour une rare fois, les pompiers d’Acton Vale pourront s’exercer à éteindre un incendie dans un environnement réaliste, soit celui d’une maison. Ceci grâce à un citoyen ayant offert une propriété vouée à la démolition au Service de sécurité incendie, qui exécutera ainsi des mises à feu dans un environnement sécuritaire, le 28 avril.

« C’est une mine d’or en formation », estime Joel Perron, directeur du Service de sécurité incendie d’Acton Vale. Les pompiers de la brigade qu’il dirige pourront mettre en application leurs connaissances à l’occasion de cette journée de mises à feu. C’est la première fois depuis 15 ans qu’une telle activité se déroule dans la municipalité. Ce qui rend la situation encore plus rarissime, c’est que la maison se situe dans un quartier résidentiel. Habituellement, ce genre de mises à feu se déroule davantage en zone rurale.

La résidence située au 1013 de la rue d’Acton se transformera donc en lieu de formation pour 35 pompiers, dont 25 de la municipalité. Des sapeurs des autres services de la MRC d’Acton, c’est-à-dire ceux d’Upton, Saint-Nazaire d’Acton, Sainte-Christine et Roxton Falls, ont été invités à participer à l’exercice.

Dès 7 h ce jour-là, quatre ou cinq mises à feu seront réalisées, dont la dernière sur l’heure du dîner. Les pompiers pourront ainsi pratiquer de nouvelles tactiques d’intervention pour combattre un incendie. Les sapeurs qui participeront aux différents scénarios seront guidés vers le bon endroit où intervenir dans la résidence. Une lance d’incendie sera là, prête à être utilisée.

En plus de pratiquer l’attaque du feu, les pompiers pourront aussi s’exercer à manœuvre l’autopompe, un véhicule utilisé pour alimenter les sapeurs en eau dans des secteurs dépourvus de borne-fontaine.

Exercice encadré
Toutes les précautions ont été prises pour assurer le bon déroulement de l’exercice. Une inspection de la propriété a été réalisée. Toutes les anomalies ont été notées, tels l’instabilité de la cheminée qui devra être démolie par mesure préventive et le réservoir d’huile au sous-sol qui a été extirpé de la maison.

Afin de bien préparer les sapeurs à l’environnement dans lequel ils s’exerceront, deux répétitions ont été organisées dans la maison. « Ils la connaissent », assure le directeur Perron, qui cumule une quinzaine d’exercices du genre en carrière.

Les mises à feu se dérouleront dans le respect des normes établies en la matière. Le chef des pompiers sera d’ailleurs épaulé par un officier provenant de l’externe pour s’assurer du respect des règles de sécurité.

La présence de fumée pourrait laisser croire aux citoyens qu’il ne s’agit pas d’un exercice, mais bien d’un incendie, ce qui pourrait susciter des appels à la centrale 911 et la Sûreté du Québec. Ces derniers ont donc été avisés de la situation.

L’une des conditions à respecter le jour des mises à feu est la vitesse du vent qui doit être inférieure à 20 km/h, sans quoi la formation sera reportée au lendemain.

Un large périmètre de sécurité sera établi pour limiter l’achalandage dans le secteur où se dérouleront les exercices. Un tronçon des rues d’Acton et Labrèque sera fermé à la circulation à cette occasion.