Pierre Breton a symboliquement réalisé son point de presse devant l’incubateur­ industriel de Granby.

Les PME parmi les priorités des libéraux

Le « démarrage et la croissance » des PME feront partie des priorités du gouvernement libéral fédéral s’il obtient l’aval des électeurs en octobre prochain, a indiqué le député de la circonscription de Shefford, Pierre Breton, lors d’un point de presse tenu mardi.

Initialement, les médias ont été conviés au dévoilement « du premier engagement » du député « pour Shefford ». Nous avons plutôt eu droit à un récapitulatif de subventions accordées par Ottawa à certaines compagnies de la circonscription au cours du présent mandat. M. Breton n’a donc pris aucun engagement formel, si ce n’est d’appuyer une série de mesures prévues par le gouvernement libéral « s’il est réélu » pour soutenir des entreprises établies et en démarrage. 

Questionné à propos des actions concrètes qu’il compte mettre en œuvre sur le terrain, le député a répondu : « J’aurai[s] un lien en tant que prochain député avec ces organisations pour m’assurer qu’elles sont bien au fait de ces nouvelles mesures que l’on [veut] mettre en place. Et qu’elles puissent en profiter. »

Stimuler l’entrepreneuriat

Parmi les initiatives préconisées par le gouvernement Trudeau qui pourraient avoir des répercussions pour les compagnies d’ici, M. Breton a notamment évoqué le fait de « fournir à 2000 entrepreneurs par année une somme pouvant aller jusqu’à 50 000 $ pour créer une nouvelle entreprise ». 

De plus, les PME qui souhaitent accroître leurs services en ligne auraient droit à des subventions de 250 $. Les libéraux veulent aussi offrir gratuitement les services-conseils aux entreprises proposés par la Banque de développement du Canada, Financement agricole Canada et Exportation et développement Canada.

M. Breton a également souligné que sa formation politique souhaite « réduire de 75 % le coût de la constitution d’une entreprise en société de régime fédéral. » « Nous voulons que les chefs d’entreprise mettent plus de temps à développer leurs affaires plutôt que de remplir des papiers et faire de l’administration », a fait valoir le député de la circonscription de Shefford. Une façon d’y remédier, a-t-il spécifié, consisterait notamment à éliminer les frais prélevés sur la TPS lors des transactions effectuées par carte de crédit.