Les Petits Frères espèrent mettre une équipe sur pied à Granby au courant de l’automne 2020.

Les Petits Frères s’installeront à Granby

Assuré d’un soutien gouvernemental récurrent et annuel de 500 000 $, l’organisme les Petits Frères se déploiera à Granby dans les prochains mois. L’OBNL qui vise à accompagner et sortir les aînés de la pauvreté ouvrira un local et embauchera un coordonnateur pour mettre en place les équipes de bénévoles. La direction de l’organisation espère entamer ses activités à Granby à l’automne 2020.

Les Petits Frères ont fait l’annonce de la subvention gouvernementale le jour de Noël, dans les locaux de la branche montréalaise de l’organisme, en compagnie de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, en informant du même souffle la population de leur volonté de se déployer dans quatre nouvelles régions, dont Granby.

« C’est une excellente nouvelle pour nous. Il y avait eu des discussions avec des gens de Granby il y a quelques années, mais nous avions dû faire avorter le processus faute de financement », a commenté la directrice générale, Caroline Sauriol, en entrevue téléphonique avec La Voix de l’Est.

Loin d’improviser, les Petits Frères ont établi au fil des ans un processus strict encadrant l’ouverture de nouvelles équipes en région.

« On s’assure toujours de travailler autant que possible avec les ressources déjà existantes dans les régions où l’on s’installe. Il y aura des rencontres dans les prochains mois pour voir ce qui se fait déjà à Granby. On veut vraiment éviter de dédoubler l’offre de services », a précisé Mme Sauriol.

D’ici à l’embauche d’un ou d’une coordonnatrice à Granby, la directrice actuelle de l’équipe de Sherbrooke, Vicky Saint-François, agira à titre de personne-ressource.

Les personnes intéressées à s’engager à titre de bénévole sont invitées à s’adresser à l’équipe de Sherbrooke.

Pour la vie

Les Petits Frères visent à briser l’isolement des personnes âgées de 75 ans et plus en créant une relation privilégiée avec un « petit frère » bénévole.

« Nous demandons aux bénévoles de s’engager sur le long terme, pour plusieurs années. C’est une relation d’amitié qui se forme et on reste attaché aux personnes jusqu’à la fin de leur vie et surtout, peu importe l’état de santé de la personne. Ça signifie que même si la personne développe l’Alzheimer, on continue quand même d’aller la voir », a ajouté Caroline Sauriol.

La directrice générale de l’organisme espère compter sur les bénévoles qui avaient manifesté leur intérêt il y a quelques années pour former l’équipe de base.

En plus du jumelage, les Petits Frères ont développé d’autres programmes, notamment pour offrir des vacances aux aînés parrainés ainsi que pour offrir un service d’accompagnement de fin de vie.