Les paramédics ont demandé l’appui des élus de Farnham dans leurs démarches qui visent ultimement à faire abolir l’horaire de faction.

Les paramédics de Farnham sollicitent l’appui des élus

Tant que les horaires de faction seront maintenus, la sécurité des citoyens de Farnham est compromise, ont réaffirmé les paramédics, lundi soir, en sollicitant l’appui des élus municipaux pour obtenir les statistiques qui démontreront que ce type d’horaire doit être aboli.

Après les négociations pour renouveler leur convention collective à la fin 2017, le ministère de la Santé avait promis qu’il soumettrait les données sur l’achalandage de leur service, explique Gaétan Dutil, président du Syndicat des paramédics et du préhospitalier de la Montérégie-CSN (SPPM-CSN). Elles permettent entre autres d’établir le temps d’occupation des paramédics. S’il dépasse les 28 heures par semaine, les horaires de faction doivent être abolis ou le nombre de véhicules doit être augmenté. Or, ils n’ont toujours pas reçu ces chiffres.

Les paramédics de Farnham ont compilé ces données. Le temps d’occupation grimpe à une trentaine d’heures voire à une quarantaine chaque semaine. « On prétend que l’horaire de faction devrait être aboli », indique M. Dutil.

À l’heure actuelle, une équipe de paramédics, présente en caserne, est en service entre 8 h et 18 h. Une équipe de l’horaire de faction l’accompagne, mais chacun de ses membres est en poste 24 heures sur 24 pendant sept jours à partir de leur domicile. Elle est même la seule en devoir le soir et la nuit. « La population de Farnham n’a pas le service auquel elle a droit », insiste M. Dutil.

Lorsqu’une équipe travaillant à la caserne reçoit un appel, il lui faut une minute pour quitter la caserne. Quand c’est l’équipe sur l’horaire de faction, ce délai peut grimper jusqu’à 10 minutes, fait valoir le président du syndicat. Le temps, ajoute-t-il, est pourtant si précieux en situation d’urgence.

« Soyez assurés que c’est entendu, a dit le maire de Farnham, Patrick Melchior, quant à la demande d’appui formulée par le syndicat. On va se pencher rapidement sur la question. »