Des restaurateurs, comme Louis’ Pub, ont aménagé une terrasse dans des espaces de stationnement en bordure de la rue Principale.
Des restaurateurs, comme Louis’ Pub, ont aménagé une terrasse dans des espaces de stationnement en bordure de la rue Principale.

Les nouvelles couleurs du centre-ville de Granby [GALERIE PHOTOS]

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Avec ses espaces publics colorés et les aménagements extérieurs de certains commerçants, le centre-ville de Granby change d’allure pour se faire plus invitant et tenter d’atténuer les effets négatifs de la COVID.

« L’objectif, c’est de mettre de la couleur au centre-ville », a lancé cette semaine la codirectrice générale et responsable du développement commercial chez Commerce Tourisme Granby région (CTGR), Fanny-Ysa Breton, rencontrée rue Principale.

Certains apprécieront les efforts réalisés pour dynamiser le centre-ville, d’autres trouveront peut-être que ce n’est pas suffisant, mais, dans l’ensemble, Mme Breton affirme être satisfaite du travail accompli, car toutes les zones commerciales sont mises à profit.

Pour le moment, seule une poignée de restaurateurs ont profité de l’opportunité qui leur est offerte cet été en aménageant une terrasse dans un espace de stationnement en bordure de rue. C’est le cas d’Arvida et de Louis’ Pub. Mais le restaurant Royal Tandoori suivra bientôt leur exemple et deux autres établissements s’ajouteront en août, affirme la conseillère en développement commercial chez CTGR, Ysabelle Duchesne.

D’autres commerçants ont toutefois simplement décidé d’occuper davantage l’espace trottoir en façade de leur commerce en installant des tables et des chaises, comme Caféine, Loupiot - tannière familiale, la Théière marocaine ou les Confiturières.

Les boutiques peuvent aussi, si elles le souhaitent, installer de la marchandise à l’extérieur. Le propriétaire de Jules Demers, Michaël Langlois, en profite chaque fois que la météo le permet.

« Ça fonctionne parce que les gens nous voit plus. Ils apprécient de magasiner à l’extérieur. Ils ne sont pas obligés de rentrer avec le masque. Ça met aussi un peu de vie en avant de notre magasin », fait-il valoir.

Les commerçants ont la possibilité de profiter de l’espace en façade de leur commerce pour sortir de la marchandise. La boutique Jules Demers le fait quand la météo le permet.

En évolution

La Ville de Granby a modifié sa réglementation au début du mois de juillet pour offrir davantage de latitude aux commerçants, durement éprouvés financièrement par la crise sanitaire. Ces nouvelles dispositions seront en vigueur jusqu’à la mi-octobre.

À chacun de décider ce qu’il souhaite faire, glisse Fanny-Ysa Breton. Celle-ci affirme que l’équipe de CTGR est prête à accompagner les commerçants pour réaliser leurs projets.

« Si quelqu’un nous dit qu’il veut profiter des couleurs d’automne et se déployer (à l’extérieur) les deux premières semaines d’octobre, ça va être correct, si ça respecte le cadre des normes de sécurité établies », précise Ysabelle Duchesne.

Bref, l’allure du centre-ville sera appelée à varier au cours des prochaines semaines. « Ça nous permet d’étirer le plaisir dans le temps, plutôt que de se concentrer à un moment précis », estime Mme Breton.

Le centre-ville de Granby a une nouvelle allure, affirment Ysabelle Duchesne et Fanny-Ysa Breton de Commerce Tourisme Granby région. Des restaurateurs, comme Louis’ Pub, ont aménagé une terrasse dans des espaces de stationnement en bordure de la rue.

Terrain de jeu 

En plus des aménagements des commerçants, quatre zones publiques, délimitées par autant de couleurs — jaune, rouge, vert, bleu —, ont été ajoutées au centre-ville.

« On aurait pu tout concentrer dans un endroit, comme ça a été fait dans d’autres villes. Mais on a un centre-ville très long et on voulait mettre toute la trame commerciale en valeur. On a créé quatre espaces éphémères : au parc Miner, au centre Notre-Dame, à la place St-George et à la place René-Lévesque (située entre le palais de justice et le Métro », note Fanny-Ysa Breton.

Des tables à pique-nique ont été disposées à chacun des endroits. « On voit que les gens vont se chercher quelque chose à manger et viennent s’installer aux tables. Ils prennent une pause et ils relaxent. C’est ce qu’on voulait », dit-elle.

Des jeux peints au sol (labyrinthe, marelle, etc.) ont commencé à faire leur apparition à ces endroits. Une attention a aussi été portée à l’ambiance. Les lieux sont pourvus d’un éclairage particulier en soirée. De la musique est diffusée dans les zones publiques de l’église St-George et du centre Notre-Dame.

Fanny-Ysa Breton souligne par ailleurs que le centre-ville fait office de « terrain de jeu » cet été, alors que certaines de ces mesures pourraient être reprises, voire bonifiées, dans le cadre du projet de réaménagement du centre-ville, appelé à se déployer au cours des trois prochaines années.

« On veut que les commerçants s’approprient leur espace, mais on souhaite aussi que les citoyens se réapproprient le centre-ville », dit Fanny-Ysa Breton.