Les livres se sont remis à circuler avec la réouverture partielle de la bibliothèque Paul-O.-Trépanier à Granby le 1er juin dernier.
Les livres se sont remis à circuler avec la réouverture partielle de la bibliothèque Paul-O.-Trépanier à Granby le 1er juin dernier.

Les livres entrent et sortent à la bibliothèque Paul-O.-Trépanier

Les livres se sont remis à circuler à bon rythme avec la réouverture partielle de la bibliothèque Paul-O.-Trépanier à Granby le 1er juin dernier. À ce jour, quelque 7900 retours ont été effectués à la chute à livres et 2600 réservations ont été réalisées.

«On est rendu pas mal à jour avec les réservations qu’on avait. À moins d’exception, par exemple parce qu’il y a des livres en quarantaine, on peut garantir que les gens vont avoir accès à leurs documents en 72 heures. Mais ils doivent attendre qu’on les appelle avant de venir les chercher», affirme le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire à la Ville, Patrice Faucher.

Ce dernier souligne que des délais ont été observés dans le traitement des réservations au moment de la réouverture de la bibliothèque. Le personnel était en rodage, fait-il valoir. Mais, depuis, la situation tend à se résorber.

Patrice Faucher rappelle qu’il est possible de réserver ses documents par le biais du catalogue en ligne, mais également par téléphone. Ceux qui avaient l’habitude de choisir leurs livres en bouquinant sur les rayons peuvent lâcher un coup de fil aux employés de la bibliothèque pour avoir des suggestions, glisse-t-il.

Il n’est toujours pas permis de circuler librement dans la bibliothèque. «On invite les gens à reprendre le beat dans leurs emprunts de livres», lance Patrice Faucher.

Selon lui, quelque 300 livres sortent de la bibliothèque quotidiennement, alors que ce nombre atteignait 1000 livres avant la pandémie. «Nous avons quand même un espace restreint. Il est fait pour que les livres circulent», note-t-il.

Pas de pénalité

Depuis le 1er juin, ce sont par ailleurs entre 600 et 700 documents qui sont retournés chaque jour à la chute à livres. Il en reste néanmoins encore près de 20 000 en circulation, souligne Patrice Faucher.

Celui-ci précise que la date du 21 juin a été avancée pour le retour. Mais, dans les faits, les frais de retard sont suspendus jusqu’au 1er septembre. Ceux qui le désirent peuvent ainsi attendre encore un peu, de façon à permettre une gestion efficace des retours.

«La chute ne fournira pas si tout le monde rapporte leurs livres le 21 juin», lance Patrice Faucher.

Chaque document ou livre retourné est placé en quarantaine pour une période de 72 heures avant d’être remis en circulation.

Le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire estime que les employés de la bibliothèque ont su faire preuve de beaucoup «d’agilité» dans les circonstances.

«On est contents des rénovations qui ont été faites à la bâtisse [NDLR: en 2016], mais notre force, ce n’est pas juste la bâtisse, c’est l’équipe qui est au front», estime Patrice Faucher.

Selon lui, des projets estivaux sont par ailleurs en préparation pour encourager la lecture et faciliter l’accès aux livres. Les détails seront dévoilés ultérieurement.