Plusieurs politiciens de la région s’étaient déplacés pour reconnaître l’importance de l’implication du club Lions.

Les Lions débarquent à Granby

Emblèmes, badges et décorum étaient à l’honneur à l’hôtel de ville de Granby pour la cérémonie civique qui précède le congrès annuel des clubs Lions du district 4, ce dernier incluant plus de 900 membres.

Ce sera la troisième fois depuis sa fondation en 1984 que le club de Granby accueille le congrès du district qui s’étend de Thetford Mines à Boucherville, et de Drummondville à Lac-Brome, en incluant des dizaines de villes dans ce quadrilatère.

« Les Lions, ce n’est pas juste un club social. On organise des événements entre membres, mais on redonne aussi énormément à la communauté ! », s’exclame la présidente du club de Granby, Micheline Lavoie.

Les Lions s’investissent dans cinq volets principaux, selon Mme Lavoie : « La vue, la lutte au diabète, l’aide alimentaire, l’aide à la jeunesse et aux ainées. On ramasse des fonds pour des organismes qui œuvrent dans ces créneaux-là. »

Plusieurs politiciens de la région s’étaient déplacés à la cérémonie animée par le Lion Robert Giasson. La mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, le député de Shefford, Pierre Breton, et François Lemay, conseiller politique du député François Bonnardel, ont tous tenu à reconnaître l’implication des Lions dans la communauté.

Comme le veut la tradition du club, le maire de la ville hôte, Pascal Bonin, a échangé des présents avec l’invitée d’honneur du congrès qui était cette année Diane Roy Cyr. Celle-ci a reçu des livres sur le patrimoine régional des mains du maire de Granby.

La présence de cette femme dans cet univers d’hommes était d’ailleurs très symbolique. Le gouverneur du district, Claude Chiasson, a rappelé que les femmes n’étaient acceptées comme membres à part entière que depuis une trentaine d’années et en a profité pour souligner leur engagement.

Les membres du club sont par ailleurs tenus de respecter l’héritage et les coutumes de leur organisation plus que centenaire.

400 000 $ en don
Depuis sa fondation en 1984, l’actuelle présidente du club Lion de Granby estime que près de 400 000 $ ont été réinvestis dans la communauté via plusieurs organismes communautaires. En moyenne, les différents événements de collecte de fonds permettent d’amasser jusqu’à 20 000 $ par année.

Les Lions granbyens ont également pour habitude de faire du bénévolat plusieurs fois par année, notamment auprès des jeunes de l’école L’Envolée ou des aînés du CHSLD Villa-Bonheur.

Parmi les autres projets phares, le club organise une journée de prévention de la cécité avec la clinique ophtalmologique mobile lors de laquelle les gens peuvent passer des tests de prévention des maladies oculaire et participer financièrement au programme de tutorat en lecture de l’école L’Étincelle à Granby.

Les congrès annuels, qui changent de ville hôte à chaque fois, sont l’occasion pour certains membres d’obtenir de la formation liée à leurs fonctions. « Il y a des cours pour les futurs présidents, les secrétaires, les trésoriers, sur le protocole, sur l’animation des réunions, etc. », énumère Mme Lavoie.

« Il y a toutes sortes de fonctions à l’intérieur des clubs et ça prend de la formation pour ça », ajoute-t-elle. Loin de l’image d’une société secrète élitiste, le club est ouvert à tous même s’il faut payer des cotisations pour en faire partie. « Tout le monde peut devenir membre, défend Mme Lavoie. Certains, comme moi, ont rejoint le club pour se faire plus d’amis, d’autres c’est davantage pour avoir des contacts professionnels. Il suffit d’avoir du temps et de vouloir servir sa communauté ».

Manque de relève
La plupart des clubs éprouvent cependant beaucoup de difficulté à intéresser de nouvelles personnes à l’organisation. La présidente locale Micheline Lavoie dit tout de même avoir quelques jeunes membres dans la trentaine dans le club qu’elle préside.