Les Jardins communautaires du Montplaisant pourraient s’enraciner sur une parcelle de terrain du Mont-Sacré-Coeur dès le printemps prochain.
Les Jardins communautaires du Montplaisant pourraient s’enraciner sur une parcelle de terrain du Mont-Sacré-Coeur dès le printemps prochain.

Les Jardins communautaires du Montplaisant relocalisés au Mont-Sacré-Coeur ?

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Contraints de déménager pour permettre la construction d’une école primaire, les Jardins communautaires du Montplaisant à Granby pourraient bien s’enraciner sur une parcelle de terrain du Mont-Sacré-Coeur dès le printemps prochain.

En voie de faire l’acquisition des terrains qui ceinturent l’établissement d’enseignement privé, la Ville de Granby a eu des discussions en ce sens avec des représentants du conseil d’administration des jardins communautaires. La proposition de relocalisation a été officialisée lors de la récente séance du conseil municipal. 

« Pour moi, c’est [le Mont-Sacré-Coeur] un lieu exceptionnel. Il doit appartenir à tout le monde, de façon communautaire. Je pense que c’est l’endroit idéal pour faire ce genre de projet là », estime le maire, Pascal Bonin. 

Le directeur général de la Ville, Michel Pinault, croit pour sa part que le jardinage urbain est plus qu’une « tendance ». « C’est un mode de vie actuellement. C’est appelé à croître également. On en est conscients. Et tant mieux si chaque pied carré acquis par la Ville au Mont Sacré-Cœur est utilisé pour l’ensemble des citoyens. C’est ça l’objectif: utiliser, respecter et conserver », dit-il. 

Concrètement, les terrains acquis par la Ville au coût de 2,2 millions $ comprennent le massif de l’érablière, les vergers, ainsi que les champs de culture. L’entente exclut toutefois l’acquisition de l’édifice du Collège Mont-Sacré-Coeur, des terrains adjacents et du cimetière. Elle ne modifie par ailleurs aucunement la vocation et les activités scolaires de l’établissement scolaire et celles du complexe sportif Artopex.  

Vérifications

Le site ciblé par l’administration municipale pour l’aménagement des jardins communautaires jouxte le site actuel d’entreposage de bois de chauffage. Celui-ci se trouve en bordure du verger situé à l’arrière des installations serricoles et autres hangars. Il est accessible par les chemins d’accès existants. 

Deux parcelles de terrain, en particulier, pourraient ainsi accueillir les jardins. De la culture fourragère est actuellement réalisée à cet endroit — ainsi que sur une autre grande parcelle contiguë, mais non incluse dans le projet—, dans le cadre d’une entente avec un producteur laitier de Shefford.

Selon Michel Pinault, il reste cependant quelques formalités à régler. À commencer par la conclusion des démarches légales entourant la transaction, qui permettra à la Ville de devenir propriétaire des terrains. Elles pourraient être complétées d’ici la fin de l’année. 

Des détails d’ordre pratique, notamment pour l’alimentation en eau à partir d’une conduite d’eau brute présente sur les terrains ciblés, doivent aussi être validés avant d’être en mesure de confirmer que la centaine de jardiniers des Jardins communautaires du Montplaisant pourront s’y installer. 

Chose certaine, le directeur général de la Ville précise que le projet a été élaboré avec des membres du conseil d’administration des Jardins. « Les responsables ont été marcher le terrain. On leur a montré sur place ce que c’était », précise-t-il. 

Au cours des dernières années, les jardins communautaires étaient aménagés sur une portion d’un vaste terrain appartenant à l’Ordre de la Très-Sainte-Trinité, situé à l’angle du boulevard Pierre-Laporte et de la rue Robitaille. Or, la Ville de Granby a fait l’acquisition de celui-ci en juillet pour permettre la construction d’une école primaire. D’où la nécessité pour les jardiniers de déménager.

Le site ciblé par l’administration municipale pour l’aménagement des jardins communautaires jouxte le site actuel d’entreposage de bois de chauffage du Mont-Sacré-Coeur.

Un projet important

Michel Pinault affirme que la relocalisation des jardins communautaires a toujours été importante pour l’administration municipale. « La Ville n’aurait pas laissé tomber les gens du jardin », assure-t-il .

Si les citoyens devaient manifester un fort engouement à cultiver un jardinet à cet endroit, la Ville pourrait d’ailleurs rendre disponible « plus de pieds carrés », au besoin, alors que le site est vaste, avance le DG.

Selon lui, il faut y avoir là « la matérialisation et la concrétisation de ce que la Ville a annoncé lorsqu’elle était en voie d’acquérir les terrains ».  

« Si on a déjà comparé les Boisés Miner au Central Park de New York, on peut certes comparer le Mont Sacré-Cœur au mont Royal, dans une certaine mesure. (...) Pour la Ville de Granby, c’est un site emblématique qui doit demeurer tel quel. On ne doit pas l’altérer. On doit le mettre en valeur et le rendre accessible à la communauté », avait-il d’ailleurs déclaré lorsque la Ville a fait connaître les détails de la transaction envisagée.

Joint par courriel, un représentant des Jardins communautaires du Montplaisant, Robin Massé, a affirmé que les membres du conseil d’administration sont heureux de l’implication de la Ville. Mais, comme plusieurs détails du projet restent à régler, il a préféré réserver ses commentaires.