L’inspecteur Marc Tremblay explique que des caméras véhiculaires enregistreront désormais les interventions des policiers de Bromont. Deux des cinq voitures de patrouille sont actuellement équipées de ces caméras.

Les interventions de la police de Bromont bientôt filmées

Les images captées par les caméras véhiculaires du Service de police de Bromont commenceront à être enregistrées dans les jours à venir. Le projet, annoncé en 2017, permettra désormais aux agents de filmer leurs interventions sur la route.

« Tout le monde le voit comme un outil de travail positif », affirme l’inspecteur Marc Tremblay, du Service de police de Bromont.

Deux des cinq voitures de patrouille sont équipées chacune de deux caméras depuis quelques mois déjà. L’une d’elles filme devant la voiture de patrouille, puis la seconde est installée à l’intérieur en direction de la banquette arrière. Seule cette caméra est munie d’un microphone. Les policiers n’en porteront pas.

Lorsque les agents vont intercepter un véhicule, après avoir informé le conducteur du mobile de l’interception, ils l’aviseront que ses faits et gestes seront enregistrés sur vidéo, précise M. Tremblay. Cette procédure sera appliquée par tous les agents du service.

Lorsqu’un patrouilleur est témoin d’une infraction, comme l’omission de s’arrêter à un feu rouge ou d’un arrêt obligatoire par exemple, il peut activer manuellement l’enregistrement.

Enregistrement automatique
Sinon, dès que les gyrophares sont en fonction, l’enregistrement débute et recule de 30 secondes avant l’activation pour capter l’infraction en question. Lors d’un impact avec la voiture de patrouille, l’enregistrement débute également automatiquement.

Si une personne interceptée est mise en état d’arrestation, elle sera donc assise sur la banquette arrière où la caméra captera ses gestes et ses dires. Ceux-ci seront aussi enregistrés.

Dès que la voiture de patrouille arrive dans le stationnement du poste de police, toutes les données et images sont automatiquement transférées au serveur du service de police.

Les enregistrements seront archivés pendant 90 jours lorsqu’il s’agit d’une intervention de routine, comme une vérification par exemple. Les vidéos enregistrées lorsqu’une contravention est délivrée seront archivées pendant deux ans tandis que les infractions de nature criminelle captées par les caméras seront conservées durant cinq ans.

Les agents n’ont pas le pouvoir de supprimer un enregistrement, précise Marc Tremblay.

Le patrouilleur ne peut pas non plus rédiger son rapport d’intervention en visionnant les images captées par les caméras. Il peut seulement les voir une fois son rapport complété. Le cas échéant, il pourra ajouter un complément à son rapport, nuance l’inspecteur Tremblay.

Après un retard occasionné au niveau informatique, la mise en place du système est maintenant terminée. L’enregistrement via caméra débutera donc au cours des prochains jours, indique l’inspecteur Tremblay.

Les trois autres voitures de patrouille seront équipées à tour de rôle d’ici 2021.