Loin de vouloir discréditer les centres de la petite enfance (CPE), M. Bonnardel exige plutôt qu'on en vienne à «une meilleure synergie entre les CPE et les garderies privées» pour augmenter le plus rapidement possible le nombre de places à contribution réduite.

Les garderies privées ont été négligées, dit Bonnardel

Il est temps qu'on reconnaisse les garderies privées subventionnées à leur juste valeur et qu'on leur accorde la place à laquelle elles ont droit dans le réseau, a déclaré hier le député sortant François Bonnardel.
Lors d'un point de presse tenu à son local électoral de la rue Principale, hier après-midi, le caquiste a rappelé que les garderies privées subventionnées ont eu la vie dure, ces dernières années. «Avec le gouvernement du Parti libéral, les garderies privées avaient eu mauvaise presse en raison du scandale où on a appris que les libéraux les utilisaient en échange de dons. Ça, ça s'appelle du patronage», a-t-il lancé.
Il s'est aussi fait très dur à l'endroit du gouvernement du Parti québécois, qui aurait négligé selon lui les garderies privées subventionnées au cours de son mandat de 18 mois. «Le constat est fort clair que le PQ déteste le mot privé, qu'il a détesté et qu'il déteste encore le réseau des garderies privées. Je pense que le but du Parti québécois est de tasser tout le monde qui ne s'appelle pas CPE», a-t-il martelé.
M. Bonnardel appuie cette déclaration sur le fait que le gouvernement Marois n'a attribué l'an dernier que 8,9% des 14 390 nouvelles places en garderie à des établissements privés subventionnés de la Montérégie Est, alors que les besoins étaient plutôt de l'ordre de 15%. Cela porte à environ 2800 le nombre de places reçues par la région en 2013.
Tous les détails dans notre édition de lundi