Les commerces voisins de Fleurs et passion et des Confiturières ont été parmi les premiers à décorer leur vitrine pour les Fêtes sur la rue Principale de Granby, en début de semaine.
Les commerces voisins de Fleurs et passion et des Confiturières ont été parmi les premiers à décorer leur vitrine pour les Fêtes sur la rue Principale de Granby, en début de semaine.

Les Fêtes s'installent doucement au centre-ville de Granby

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Malgré le temps doux des derniers jours, des décorations festives ont peu à peu commencé à apparaître aux vitrines de certains commerces. Les acheteurs en quête du cadeau de Noël parfait sont déjà au rendez-vous, signe que le temps des Fêtes est à nos portes.

Les commerces voisins de Fleurs et passion et des Confiturières ont été parmi les premiers à décorer leur vitrine pour les Fêtes sur la rue Principale de Granby, en début de semaine. « Il fait beau, alors on en a profité pour installer les décorations tranquillement », indique la fleuriste Marcela Lopez.

« On pense que les gens ont besoin d’en avoir plein les yeux et de s’émerveiller pour oublier un instant l’isolement et la pandémie. Pour nous, c’est loin d’être trop tôt : au contraire, on n’avait pas le choix ! » lance sa voisine Nathalie Daguzan, confiturière de renommée mondiale et copropriétaire de la boutique de la rue Principale avec sa fille Romane Jouanny.

En effet, la clientèle a débuté ses emplettes de Noël au tournant de la mi-octobre. « Les gens sont déjà dans l’esprit des Fêtes, indique Mme Lopez. Ils s’y prennent plus d’avance cette année pour leurs cadeaux de Noël. »

L’esprit de Noël s’est effectivement invité plus tôt au centre-ville cette année, confirme Fanny-Ysa Breton, codirectrice générale et coordonnatrice aux événements chez Commerce Tourisme Granby Région. « C’est déjà commencé dans nos commerces, indique-t-elle, et c’est plus hâtif que d’habitude. »

Cela ne surprend pas non plus Claude Surprenant, directrice générale sortante et responsable des communications de la Chambre de commerce de la Haute-Yamaska. « Les gens ont besoin des Fêtes : on l’a vu cette année, même à l’Halloween, les gens semblaient plus dans l’esprit de décorer, a-t-elle constaté. Le fait qu’on ait eu de la neige la semaine dernière a peut-être mis les gens dans l’ambiance de Noël. »

L’esprit de Noël s’est effectivement invité plus tôt au centre-ville cette année, confirme Fanny-Ysa Breton, codirectrice générale et coordonnatrice aux événements chez Commerce Tourisme Granbyet Région.

Ce magasinage des Fêtes précoce peut s’expliquer en partie par le souci de vouloir avoir tous ses présents en main à temps pour le réveillon. « Comme Postes Canada a annoncé qu’il y aurait des retards dans les livraisons en raison du grand volume de colis à acheminer, il y a des gens qui ont probablement décidé de commencer leurs achats maintenant », spécule Mme Breton.

Commerce Tourisme Granby Région, de concert avec la Ville de Granby, annoncera ses plans pour le temps des Fêtes au centre-ville au courant de la semaine prochaine.

Le Québec sous le sapin

Les commerçants sondés sont unanimes : l’engouement pour l’achat local et les produits québécois se fera ressentir jusque dans les bas de Noël. Une bonne nouvelle pour les entreprises québécoises qui ont essuyé des pertes en cette année de pandémie.

« C’est le moment ou jamais de soutenir l’économie locale, indique Mme Breton. Nos entreprises en ont bien besoin ! »

Mme Lopez a stocké les étalages de son commerce de produits faits dans la province, et ceux-ci s’écoulent très bien, a-t-elle laissé savoir. « Les gens s’intéressent beaucoup à ce qui est fabriqué au Québec, encore plus cette année », dit-elle.

Les Confiturières, par exemple, ont concocté un calendrier de l’avent contenant 25 saveurs de confiture, la plupart conçues avec des récoltes de la région. Les 80 exemplaires initiaux ont trouvé preneur en l’espace de quatre jours, si bien qu’une centaine d’autres calendriers ont dû être préparés. Du nombre, 75 sont réservés et une dizaine sera vendue en boutique. « C’est la folie ! On ne pensait pas que ça se vendrait aussi vite », confirme Mme Daguzan, dont le chiffre d’affaires a doublé depuis le printemps.

Qu’à cela ne tienne, l’artisane ne croit pas manquer d’inventaire d’ici Noël. « Tout est fabriqué ici, à la boutique. Mon congélateur est plein, je ne suis pas inquiète ! »

« Les gens ont besoin de réconfort, je ne serais pas surprise qu’ils s’offrent des cadeaux à eux-mêmes et se gâtent davantage cette année, souligne Mme Surprenant. Ça peut s’expliquer par le fait que les gens ont besoin de prendre soin d’eux et que les rassemblements familiaux sont encore incertains. »