Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie.

Les femmes et l'austérité

La CSN section Montérégie recevait hier matin environ 300 personnes pour un brunch sucré, à la cabane à sucre La Grillade, afin de parler d'austérité et de femmes, dans le cadre de la Journée internationale des femmes.
«Ce qu'on a décidé de faire, c'est un grand rassemblement familial en cette Journée internationale des femmes pour dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard, parce qu'il y a beaucoup de mesures du gouvernement qui attaquent de plein fouet la situation des femmes, clame Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie. On s'est dit que ça valait le coup parce qu'on rejoint du monde qui n'est pas nécessairement très militant à nos instances, à nos manifs.»
Selon Mme Herbeuval, les mesures d'austérité affecteraient principalement les femmes, puisqu'elles occupent de 75 à 80% des postes touchés, comme en santé et en éducation. Elle ne parle pas nécessairement de suppression de postes, mais plutôt de budgets sabrés.
«On dénonce ces politiques-là qui vont avoir des effets néfastes sur la population, mais qui ont aussi des effets néfastes sur les travailleurs et les travailleuses. En plus de la proposition salariale, qui est un gel suivi de petites augmentations crève-faim, et ne couvre même pas l'indexation du coût de la vie», ajoute-t-elle.