L’accréditation « Amie des enfants » a été renouvelée à Cowansville, jeudi. Sur la photo : Marie-France Beaudry, du comité de la politique de la famille et des aînés, la mairesse Sylvie Beauregard, la directrice du CAMF Isabelle Lizée et la présidente fondatrice du CPSC Main dans la main, Me Ysabelle Proulx.

Les enfants demeurent une priorité à Cowansville

Les enfants sont au cœur de plusieurs décisions de la Ville de Cowansville et, grâce à cet engagement, la municipalité a vu son accréditation « Amie des enfants » être renouvelée pour une deuxième fois. D’une durée de trois ans, l’accréditation de l’Unicef est accordée pour les actions posées et planifiées par les municipalités en faveur des enfants.

Le Carrefour action municipale et familles (CAMF) est mandaté par l’Unicef pour accompagner les municipalités dans la mise en place de mesures favorables aux familles, autant pour les enfants que pour les aînés. Une cinquantaine de municipalités aux Québec ont reçu cette accréditation sur un millier dans le monde. La directrice générale de l’organisme sans but lucratif, Isabelle Lizée, était à Cowansville jeudi pour remettre l’accréditation à la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard.

« Les municipalités, dans un premier temps, reconnaissent ce qu’elles font déjà par et pour leurs enfants, mais prennent aussi des engagements pour pousser plus loin, travailler encore. Il y a des intentions qui sont formulées et au bout de trois ans, on va vérifier l’évolution des travaux des municipalités», explique Mme Lizée.

Ces trois dernières années, plusieurs mesures ont été mises en place et la Ville de Cowansville travaille de concert avec d’autres organisations, des CPE aux écoles, en passant par le Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main et la Maison des jeunes.

Par exemple, une piste de type pumptrack a été inaugurée l’an dernier pour les adolescents. Les enfants ont accès à la piscine extérieure et à l’aréna gratuitement et des coffres à jouets sont mis à leur disposition. Des activités sont aussi organisées tout au long de l’année, comme un party pyjama à la bibliothèque municipale, qui avait lieu peu de temps après l’annonce.

Coopérative jeunesse

Dans les trois prochaines années, Cowansville « va mettre en place la Coopérative jeunesse en 2019 parce que les ados de 14 à 17 ans tombaient dans une zone un peu plus grise, fait savoir la mairesse. Ils sont trop vieux pour les camps de jour, mais pas assez pour aller travailler. Donc on voulait vraiment leur donner l’opportunité de faire des sous, mais de vivre une expérience d’entrepreneuriat. On veut encadrer les jeunes, leur montrer c’est quoi une entreprise et un budget, comment aller chercher un contrat, le réaliser, faire le marketing. »

Ainsi, il ne serait pas surprenant si des ados cognent aux portes de leurs concitoyens pour offrir des services comme la tonte de pelouse l’été prochain !

Une première rencontre du nouveau comité a eu lieu cette semaine. Davantage de détails sur la Coopérative jeunesse seront dévoilés au début de l’année.

Des espaces pour les plus jeunes et les adolescents sont également prévus dans le réaménagement en cours de la bibliothèque Gabrielle-Giroux-Bertrand.

« Je pense qu’on peut toujours évoluer dans le temps, il y a de nouvelles choses qui arrivent, la clientèle change. Je pense qu’il y a toujours des projets qui peuvent surgir, estime Sylvie Beauregard. On n’a pas de limite. »

Isabelle Lizée remarque qu’à Cowansville, les projets sont le fruit d’un effort collectif. « Il y a des municipalités qui portent des choses plus individuellement, mais ici, il y a vraiment un travail de communauté, remarque la directrice générale du CAMF. Le Centre de pédiatrie sociale en communauté est évidemment un élément central. Mais je pense que c’est l’ensemble des petites mesures qui sont mises en place, tant du côté de la sécurité que du loisir et de la culture, qui fait en sorte que ça peut faire une différence pour se sentir accueilli comme enfant et comme famille. »

Elle soutient que ça prend tout une communauté pour prendre soin d’un enfant. Me Ysabelle Proulx y croit aussi. La présidente fondatrice de Main dans la main était présente avec son comité du droit des enfants, composé par des enfants.

« Ce que je souhaite, avec cette accréditation-là, c’est qu’on en vienne à avoir une politique pour les enfants, que les enfants puissent se prononcer, qu’on les aide à se structurer pour donner leurs idées. Le droit de vote pour les enfants [aux élections du 1er octobre], c’était au provincial, mais on en parle davantage, on fait plus de place. »

Cowansville a actuellement une politique familiale plus globale.