Les deux animateurs, Alexandre Ouellet et Alexandra Tourigny-Fleury, ont présenté leur analyse de ce projet d’expansion d’un gazoduc ainsi que leurs inquiétudes sur les impacts environnemental et social qu’un tel projet pourrait avoir dans la région.
Les deux animateurs, Alexandre Ouellet et Alexandra Tourigny-Fleury, ont présenté leur analyse de ce projet d’expansion d’un gazoduc ainsi que leurs inquiétudes sur les impacts environnemental et social qu’un tel projet pourrait avoir dans la région.

Les dessous du projet gazier Goldboro

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Pas moins d’une quarantaine de personnes ont assisté à la présentation de la campagne citoyenne Goldboro, parlons-en ! , qui a la prétention de « lever le voile sur le projet méconnu Goldboro LNG de la compagnie albertaine Pieridae Energy », au centre St-John de Bromont le samedi 22 février. 

Les deux animateurs, Alexandre Ouellet et Alexandra Tourigny-Fleury, ont présenté leur analyse de ce projet d’expansion d’un gazoduc ainsi que leurs inquiétudes sur les impacts environnemental et social qu’un tel projet pourrait avoir dans la région.

Selon le groupe, l’entreprise Pieridae Energy veut extraire du gaz naturel en Alberta « pour l’exporter à partir d’un terminal de liquéfaction situé à Goldboro, en Nouvelle-Écosse, à raison de 10 millions de tonnes par année », peut-on lire dans le document de présentation de la campagne de sensibilisation. 

À LIRE AUSSI: Expansion d'un gazoduc en Estrie: appel à la mobilisation dans la région

D’après leurs calculs, pour assurer le transport de quantités importantes de gaz naturel acide de l’Alberta vers les provinces maritimes, puis vers l’Europe, le pipeline Trans-Québec & Maritime (TQM) devra être dédoublé. Ce pipeline passe en Estrie et en Montérégie.

Selon le groupe de pression, la compagnie albertaine aurait recours au réseau de pipelines qui traverse le pays pour acheminer le gaz jusqu’à East Hereford, tout près de la frontière américaine. Le tracé actuel passe par plusieurs municipalités de la région, notamment à Granby et Bromont. Il est aussi implanté à Magog puis à Sherbrooke. 

« Beaucoup de gens présents ont été contrariés et intéressés à en apprendre davantage sur les enjeux entourant la construction du second pipeline sur le même axe que le TQM », a indiqué Alexandre Ouellet par voie de communiqué, précisant que cette possibilité sera confirmée ou infirmée d’ici juin 2020.