Le nouvel OMH Haute-Yamaska-Rouville sera dirigé par Guy Mongeau.

Les coûts du projet de 98 logements sociaux explosent

Les coûts du projet de 98 logements sociaux de la rue Saint-Jacques à Granby ont explosé. Résultat : le projet et son financement feront l’objet d’une nouvelle analyse, confirme le président du conseil d’administration du nouvel Office municipal d’habitation (OMH) Haute-Yamaska-Rouville, Robert Riel.

Ce dernier, également conseiller municipal à Granby, préfère ne pas préciser l’ampleur de la hausse des coûts, car le conseil municipal n’a pas encore été saisi du dossier. Mais la facture a bondi de plusieurs millions, a appris La Voix de l’Est. À l’origine, le projet était estimé à 11 millions de dollars.

Robert Riel assure que la construction de logements sociaux demeure pertinente et nécessaire. Mais le projet sera scruté à la loupe au cours des prochaines semaines par le comité du développement social et communautaire de la Ville.

« On est en évaluation à savoir si on retarde le projet, si on diminue le nombre de logements ou si on le fait par phases. Ça va se décider dans le prochain mois », affirme Robert Riel.

Alors que la majorité du financement est assumée par la Société d’habitation du Québec (SHQ), la Ville de Granby a pour sa part défrayé 1 million $ pour l’acquisition du terrain de la rue Saint-Jacques et assumé les coûts de démolition des immeubles qui y avaient pignon sur rue. L’an dernier, elle a aussi consenti à augmenter de 1,1 million $ sa contribution au projet, piloté par l’OMH.

L’administration municipale pourrait-elle revoir à nouveau son soutien financier à la hausse ? « On va se réunir, on va en discuter. Le conseil municipal aura à décider », dit M. Riel.


«  On est en évaluation à savoir si on retarde le projet, si on diminue le nombre de logements ou si on le fait par phases. Ça va se décider dans le prochain mois.  »
Robert Riel, président du C.A. de l’OMH Haute-Yamaska-Rouville

Données

Selon le président du conseil d’administration de l’OMH, l’élaboration du projet, qui vise à augmenter le nombre de logis pour les familles, les personnes seules et les personnes âgées, a été confiée à un « centre de services », qui œuvre auprès des OMH, basé à Saint-Hyacinthe.

Le hic, déplore Robert Riel, c’est que la SHQ calcule et finance le coût des projets avec des données de 2009. « En 2009, une porte, qui est aussi un logement, coûtait de 90 000 $ à 96 000 $. C’est rendu à 160 000 $ », laisse-t-il tomber.

Selon lui, la hausse des coûts de construction a été relevée au cours de l’automne dernier, après que l’architecte Caroline Denommée ait été mandatée pour œuvrer sur le projet.

Il s’agit d’un nouvel écueil, car cela fait au moins quatre ans que l’ajout de ces nouveaux logements sociaux est dans les cartons de l’OMH et de la Ville de Granby.

Nouvelle structure

Chose certaine, ce projet figure parmi les dossiers prioritaires du nouvel organisme, qui regroupe officiellement depuis le début de l’année 2019 les offices municipaux d’habitation de Granby et Waterloo, ainsi que ceux de la MRC de Rouville, à Ange-Gardien, Saint-Paul-d’Abbotsford, Marieville, Saint-Césaire et Sainte-Angèle-de-Monnoir.

« Il faut revoir tout le montage financier. Il faut revoir la portion de la SHQ, celle de l’Office et celle de la Ville. On retravaille tout ça », affirme pour sa part le nouveau directeur général de l’OMH Haute-Yamaska-Rouville, Guy Mongeau.

Celui-ci était déjà responsable des immeubles à Granby. L’ex-directrice de l’OMH de Granby, Sylvie Lafontaine, a pris sa retraite l’automne dernier.

Les deux directrices qui œuvraient du côté de Rouville à temps partiel ont aussi décidé de quitter leurs fonctions, souligne Robert Riel.

Le personnel de l’OMH de Waterloo joindra par ailleurs ses homologues de Granby au bureau de la rue St-Joseph. Luc Desjean, qui dirigeait à Waterloo, secondera Guy Mongeau à titre de dg adjoint, note Robert Riel.

Au total, quelque 700 logements sociaux seront sous la coupe de ce nouvel OMH. Tous les locataires ont été informés des changements, mais les prochaines semaines et les prochains mois permettront de mettre en place les services et d’identifier les besoins pour l’ensemble des logements du territoire, souligne Guy Mongeau.

Le conseil d’administration devra aussi être complété, relève Robert Riel, entre autres avec la nomination de représentants du milieu socio-économiques, ainsi qu’avec un représentant des locataires du secteur Rouville.