L'ajout d'un potager urbain, d'aires de repos et d'un parterre de pavé uni dans le parc de la rivière, près de la rue Principale au centre-ville de Cowansville ajoutent 83 518,99 $ aux coûts de l'ensemble du projet de la démolition du pont Eugène-Boisvert.

Les coûts de deux projets explosent à Cowansville

De nouvelles dépenses supplémentaires font grimper la facture dans deux importants projets d'infrastructures à Cowansville : la démolition du pont Eugène-Boisvert et l'aménagement du parc industriel Sud-Ouest.
La démolition de l'immense structure sur la rue Principale, qui inclut aussi le réaménagement de cette section du centre-ville, coûtera beaucoup plus cher que prévu. D'un montant initial de 2 562 263 $, la facture atteint maintenant 3 020 613,72, une hausse de 458 350,72 $ (17,88 %).
Pour une quatrième fois mardi, le conseil a consenti une dépense supplémentaire pour ce projet lors d'une assemblée extraordinaire. Cette fois, un montant de 83 518,99 $ a été autorisé pour des travaux, dont la majorité concerne le parc près de la rivière. Des aires de repos seront aménagées en plus d'un potager urbain. Le parterre sera aussi fait de pavé uni.
Ces items se sont ajoutés dernièrement dans les plans d'aménagement, signale Sylvain Perreault, directeur du service des infrastructures et immobilisations de la Ville. « Ce n'était pas prévu avant les travaux. Mais le conseil voulait donner plus de cachet au parc. Juste le pavé uni, c'est 35 000 $. »
En décembre, le conseil avait accepté de débourser 352 031,03 $ de plus en raison de l'exécution de travaux non prévus lors de la démolition du pont Eugène-Boisvert. Une partie de la fondation de la rue Principale, en face du magasin Tigre Géant, avait dû être refaite. Plus tôt cette année, l'ajout de trottoirs, non prévus dans les plans initiaux, avait occasionné une autre dépense de 25 339,09 $. Finalement en avril, le conseil a dit oui à une dépense additionnelle de 22 799,92 $ en lien avec le projet.
Les coûts pour l'aménagement du parc industriel Sud-Ouest dépassent également les montants des contrats accordés. Un montant de 387 162,49 $ s'ajoute au contrat de 1 619 999,99 $ octroyé à l'origine au Groupe Allaire et Gince. La Ville a décidé de modifier les travaux pour que des sections de ses réseaux d'égout et d'aqueduc ne passent plus sur des terrains du ministère des Transports, explique M. Perreault. Le coût additionnel fait gonfler le montant total des travaux de 23,9 %.
En avril, le conseil avait déjà autorisé une dépense supplémentaire de 22 075,20 $ pour modifier les plans et devis des travaux à effectuer. Les modifications avaient été faites à la demande du MTQ.
Chantier secteur Bernard
Le plus gros chantier de l'année à Cowansville, soit la réfection de plusieurs rues dans le secteur Bernard, coûtera aussi plus cher. La préparation des plans et devis et la surveillance des travaux ont été accordées à BPR Infrastructures au montant de 103 477,50 $. Ces sommes ont augmenté de 127 450,83 $, portant le contrat à 230 928,33 $.
Le délai serré donné par le gouvernement fédéral pour terminer les travaux, avant le 28 mars 2018, afin d'être admissible à son programme de subvention, fait que les effectifs pour surveiller les travaux seront doublés afin de respecter cette date, a dit M. Perreault. Cela implique que l'entrepreneur fera de même avec le nombre de travailleurs sur le chantier, a-t-il dit.
Le contrat de 6 296 810,36 (taxes incluses), dont 50 % sera payé par Ottawa et 33 % par Québec, a été confié à Excavation St-Pierre et Tremblay.
En entrevue mercredi, M. Perreault a dit espérer que la grève dans le secteur de la construction ne s'éternisera pas. « Ça s'annonce déjà serré. On prévoyait le début des travaux en juin. Si on perd deux, trois semaines, ça va être difficile de tout terminer avant l'arrivée du gel. On ne veut pas poser l'asphalte en décembre. »
La conseillère Corinne Labbé
Pas d'urgence à approuver ces dépenses
Aucune urgence ne poussait le conseil municipal à approuver ces dépenses supplémentaires lors d'une assemblée extraordinaire, croit la conseillère de Cowansville, Corinne Labbé. Ces dossiers auraient dû être réglés lors de l'assemblée régulière de juin, juge-t-elle.
« On parle de projets très importants. Il faut qu'ils soient discutés devant les citoyens », soutient Mme Labbé.
La conseillère du quartier de Ruiter souligne qu'outre les autorisations de dépenses additionnelles sur des projets déjà entamés, le conseil a également octroyé un contrat de 61 000 $ pour les honoraires professionnels concernant la préparation des plans et devis de différents systèmes dans le pavillon de la plage.
Les élus se sont aussi prononcés en faveur d'honoraires professionnels de 77 000 $ pour l'aménagement du parc Orléans. Ces projets auraient dû être approuvés en assemblée régulière, estime-t-elle.
Compte tenu de tous les projets prévus, les élus s'étaient entendus en février de prévoir des assemblées extraordinaires pour assurer leur bonne marche, soutient Sylvie Beauregard. « On en a beaucoup de projets sur la table. Il faut qu'on les fasse avancer et on savait que ça allait aller rapidement », explique la conseillère du quartier Fordyce et candidate à la mairie.
La prochaine assemblée régulière du conseil aura lieu mardi 6 juin. Malgré ses récriminations, Mme Labbé a voté en faveur de toutes les résolutions.