Selon Nathalie Clermont, un gouvernement conservateur serait celui qui respecterait le plus l’autonomie du Québec.

Les conservateurs respecteraient l’autonomie du Québec, promet Nathalie Clermont

Devant la montée du Bloc québécois dans les intentions de vote, les conservateurs tentent de se positionner comme les véritables alliés du gouvernement du Québec à Ottawa. Selon la candidate dans la circonscription de Shefford, Nathalie Clermont, un gouvernement conservateur serait celui qui respecterait le plus l’autonomie du Québec.

Mme Clermont soutient que c’est son parti qui offre le plus à la Belle Province, notamment parce qu’il ne compte pas s’ingérer dans les enjeux touchant la langue, la loi 21 sur la laïcité de l’État ou le contenu télévisuel. Ottawa respecterait également aussi la volonté du Québec d’avoir un rapport d’impôt unique.

« Pour les conservateurs, les gouvernements d’Ottawa et du Québec seront partenaires pour l’avancement des projets respectifs », fait valoir la candidate.

Cela n’empêcherait pas un éventuel gouvernement conservateur de nommer « au moins un, peut-être jusqu’à quatre » ministres du Québec, ajoute-t-elle.

« C’est dans la plateforme du parti. Pour les conservateurs, le respect de la province de Québec est très important », note l’aspirante députée, qui ignore toutefois de quelle manière le tout se déploierait.

Parle-t-on ici de ministres expressément dévoués à des dossiers québécois ou à des lieutenants québécois comme il est coutume d’avoir à la Chambre des communes ? « Je ne pourrais pas vous en dire plus sur la distribution des tâches. Ce n’est pas encore confirmé », répond-elle avec candeur.

Immigration et Internet pour régler la pénurie de main-d’oeuvre

Le parti d’Andrew Sheer promet aussi de « respecter la volonté des Québécois en ce qui concerne l’immigration », c’est-à-dire de « reprendre le contrôle sur nos frontières », précise Mme Clermont.

« Il y a beaucoup trop d’[immigrants] illégaux qui nous empêchent de bien traiter les légaux », mentionne-t-elle.

La proximité du chemin Roxham, porte tournante de l’immigration clandestine au pays, avec les circonscriptions de Shefford et de Brome-Missisquoi nuit aux efforts des entreprises locales pour combler leurs besoins en main-d’oeuvre, estime Mme Clermont.

« Je parle régulièrement à des entreprises et leur difficulté à embaucher des immigrants qualifiés leur entraîne des pertes économiques, souligne la candidate. Il faut actuellement un an et demi pour s’occuper du dossier d’un immigrant légal parce que le gouvernement n’a plus le temps de s’en occuper. Il faut également simplifier la paperasserie pour accélérer les processus. »

Par ailleurs, il importe de brancher toutes les régions du pays à Internet haute vitesse et à la téléphonie cellulaire pour endiguer la pénurie de main-d’oeuvre. « Il faut aider les provinces et les municipalités à offrir ce qui est désormais un service essentiel, soutient Nathalie Clermont. Moi-même, en faisant le tour de la circonscription, il m’est arrivé de perdre mon signal cellulaire dans certaines municipalités. »

« Ce ne sont plus que les jeunes qui utilisent un cellulaire et Internet. Et le fait de ne pas pouvoir leur offrir ces services est un sérieux problème pour attirer et retenir des travailleurs dans les régions. Les gens quittent celles-ci parce qu’elles n’ont pas d’Internet. »

AbonnezvousBarometre

Baisses d’impôt et environnement

En plus de promettre des baisses d’impôts allant jusqu’à 850 $ et d’éliminer la taxe sur les produits et services appliquée sur les factures d’électricité et de chauffage résidentiel, un gouvernement conservateur en ferait aussi davantage pour les familles, relève-t-elle, alors que les parents pourraient réclamer jusqu’à 1000 $ pour les activités sportives de leurs enfants et 500 $ pour les loisirs culturels de ceux-ci.

De plus, les nouvelles mamans verraient leurs prestations de maternité être libres d’impôt, rappelle la candidate, ce qui permettrait une économie allant jusqu’à 4000 $. « On sait que les Québécois sont trop taxés », mentionne la conservatrice, dont le parti souhaite aussi augmenter de 1000 $ le crédit d’impôt en fonction de l’âge et rééquilibrer le budget fédéral sans affecter les secteurs de la santé et de l’éducation.

Citant son chef, Andrew Scheer, Mme Clermont allègue que l’environnement est un enjeu prioritaire pour son parti, c’est pourquoi celui-ci promet un crédit d’impôt maximal de 3800 $ pour les rénovations résidentielles écoresponsables et la fin des déversements des eaux usées dans les cours d’eau.

Qui plus est, le corridor énergétique mis de l’avant par le Parti conservateur du Canada est un « plan gagnant-gagnant » pour les Québécois et les Canadiens puisque les premiers pourront continuer d’utiliser « leur électricité propre en offrant les surplus aux provinces qui en auront besoin », tout en consommant du pétrole canadien plutôt que des hydrocarbures provenant des États-Unis. À ce sujet, la candidate mentionne qu’il « n’en tient qu’à nous Québécois de réduire notre consommation en général et d’hydrocarbure en particulier. »