En février, les conducteurs d’autobus avaient démontré leur mécontentement en sillonnant les rues de Granby en convoi d’une quinzaine d’autobus.

Les conducteurs scolaires adoptent un mandat de grève

Les 80 conducteurs d’Autobus Granby se sont dotés, le 10 avril, d’un mandat de grève de six jours dont la date de déclenchement ne peut toujours pas être dévoilée. Lors d’une assemblée générale, 91 % des syndiqués présents ont voté en faveur de la grève nationale.

Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs des Autobus Granby — CSN, membre du Secteur transport scolaire (STS) de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), rejoint ainsi les autres syndicats qui se sont prononcés en faveur de la grève.

« Nous sommes très heureux du résultat de ces votes qui affichent, encore une fois, toute la détermination des conductrices et des conducteurs de véhicule scolaire, a déclaré Stéphanie Gratton, vice-présidente de la FEESP – CSN. Les membres de ce syndicat sont déterminés à obtenir de meilleures conditions de travail et pour se faire entendre, elles et ils ont décidé d’unir leurs forces à travers le Québec afin de faire pression sur le gouvernement. »

Les conducteurs d’autobus revendiquent de meilleures conditions salariales.

En février, ils avaient sillonné les rues de Granby en convoi d’une quinzaine d’autobus pour montrer leur détermination à faire reconnaître leur travail à sa juste valeur. Ils reprochent aux commissions scolaires de ne pas utiliser pleinement les montants alloués par Québec pour le transport scolaire.

Le salaire horaire des chauffeurs d’autobus oscille entre 12 $ et 22 $ selon les régions, avec une moyenne établie à 17,86 $. Chez Autobus Granby, il est de 20,29 $. Avec ce taux, le nombre d’heures travaillées (de 17 à 22 par semaine) permet de cumuler un revenu annuel d’environ 22 000 $.

Jusqu’à présent, 19 syndicats répartis dans huit régions administratives — regroupant environ 850 conducteurs — se sont dotés d’un mandat de grève, ce qui concerne près de 50 000 élèves. Vingt-cinq autres syndicats seront appelés à se prononcer d’ici le 27 avril.

Avec Pascal Faucher