Quelques-uns des partenaires du projet: Ghislain Côté, Mario Thibeault, Serge Laflamme, Michel Duranleau et Guy Coulombe.

Les centurions du haut-richelieu-yamaska: comme Les Dragons... sans la télé

Prenez une poignée de gens d'affaires chevronnés, associez-les à des entrepreneurs en recherche de financement et vous obtiendrez Les Centurions, un tout nouveau concept d'investissement privé offert dans la grande région du Haut-Richelieu-Yamaska.
L'organisme sans but lucratif, lancé hier, porte une mission à la fois ambitieuse et simple: donner un coup de pouce financier aux promoteurs de partout en province pour qu'ils implantent leur entreprise - ou qu'ils demeurent - dans notre région. Ces fonds proviendront directement des poches d'investisseurs qui croiront au potentiel des projets présentés.
Le principe se rapproche sensiblement de l'émission Les Dragons qui occupe le petit écran depuis quelques années dans plusieurs parties du monde. À deux différences près, mentionne l'ancien DG de la caisse populaire de Granby-Haute-Yamaska, Michel Duranleau, aujourd'hui membre du conseil d'administration des Centurions. «L'absence des projecteurs facilitera la concrétisation des ententes, et les projets devront se réaliser sur notre territoire.» Ce dernier se réjouit du fait que ce programme de financement créera ou maintiendra des emplois chez nous.
Les meilleurs seulement 
Les candidats devront toutefois traverser un processus rigoureux. Leur projet passera d'abord entre les mains d'un centre local de développement (CLD) de la région. Si le dossier franchit la première étape avec succès, il sera ensuite évalué par les cinq membres du conseil d'administration des Centurions, qui détermineront s'il vaut la peine d'être soumis aux investisseurs. 
Centurions intéressés, qui pourront leur poser toutes les questions nécessaires. Si l'offre les charme, ceux-ci s'entendront avec les candidats pour en venir à un partenariat financier, en toute confidentialité. Le financement ne devra pas excéder 500 000 $.
Tous les détails dans notre édition de jeudi