Sept candidats sont inscrits dans Brome-Missisquoi, et huit dans les circonscriptions de Granby, d’Iberville et de Johnson.

Les candidats se bousculent

Les jeux sont faits. Maintenant que la période de mise en candidature à l’élection provinciale du 1er octobre est terminée, on sait dorénavant qui se disputera la faveur des électeurs dans chacune des circonscriptions de la région.

En tout et pour tout, 31 personnes sont inscrites comme candidates dans l’une ou l’autre des quatre circonscriptions couvertes par La Voix de l’Est.

Au Québec, un nombre impressionnant de 940 candidatures ont été acceptées par le Directeur général des élections du Québec, ce qui représente 126 noms de plus que lors de l’élection de 2014. Du nombre, 21 sont indépendants.

De plus, seules les quatre principales formations politiques — le Parti libéral du Québec, le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire — présentent des candidats dans chacune des 125 circonscriptions de la province. Le Parti conservateur du Québec arrive bon deuxième avec 101 candidats. Également présents dans la région, le Parti vert du Québec et le regroupement Citoyens au pouvoir du Québec comptent respectivement 97 et 56 candidats.

Les femmes en vedette
Selon les statistiques compilées par le DGEQ, l’âge moyen des candidates et candidats est de 45 ans. Le quart de tous les candidats sont âgés dans la cinquantaine.

Fait intéressant, le DGEQ souligne que les femmes représentent 40 % de toutes les candidatures soumises au Québec, une augmentation de plus de 10 % par rapport à l’élection de 2014. Dans 52 % des circonscriptions, presque autant de femmes que d’hommes se présentent.

Dans Brome-Missisquoi, elles sont majoritaires ; cinq femmes se sont portées candidates et deux hommes sollicitent l’appui des électeurs. Dans Granby, on compte autant d’hommes que de femmes sur la ligne de départ. Dans Iberville, on compte trois candidates pour cinq candidats. Dans Johnson, on dénombre une seule femme pour sept hommes.

Luttes à sept ou huit
Selon le DGEQ, il y a en moyenne 7,5 candidatures par circonscription. Les quatre circonscriptions de la région se collent à ce chiffre, alors que sept candidats sont inscrits dans Brome-Missisquoi, et huit dans les circonscriptions de Granby, Iberville et Johnson.

Dans Brome-Missisquoi, le siège de député occupé par Pierre Paradis à l’Assemblée nationale est à prendre. Les trois principaux partis sont représentés par des femmes, à savoir Isabelle Charest pour la CAQ, Ingrid Marini pour le PLQ et Andréanne Larouche pour le PQ. Alexandre Legault porte pour sa part les couleurs de Québec solidaire, tandis qu’Élisabeth Dionne représente le Parti vert du Québec et Manon Gamache, Citoyens au pouvoir du Québec. Enfin, c’est dans la circonscription qu’on retrouve le seul candidat au Québec de la formation Voie du peuple, Marc Alarie.

Dans Granby, le caquiste François Bonnardel tentera de conserver son siège aux dépens de Chantal Beauchemin, du Parti québécois, Lyne Laverdure, du Parti libéral du Québec, Anne-Sophie Legault, de Québec solidaire, Pierre Bélanger du Parti conservateur du Québec et Daphné Poulin, du Parti vert du Québec. Ajoutons à cela un représentant du Bloc pot, Kevin Robidas, et un membre du Parti nul, Stéphane Deschamps.

Celui-ci s’était également présenté à l’élection générale de 2014. Rappelons que le Parti nul cherche à canaliser les votes des citoyens se disant insatisfaits du système politique et des partis actuels.

Tout autant de personnes croiseront le fer dans Iberville. La députée sortante Claire Samson, de la CAQ, fera face à Mylène Gaudreau, du PLQ, tandis que Nicolas Dionne se présente pour le PQ ; Philippe Jetten-Vigeant se lance pour Québec solidaire et Serge Benoit, pour le Parti conservateur du Québec. Iberville compte aussi un candidat du Bloc pot en la personne de Dany Desjardins, une candidate du Parti vert du Québec, Michelle Kolatschek, et un membre du Nouveau Parti démocratique du Québec, Marc-André Renaud.

Dans Johnson, sept hommes et une femme brigueront les suffrages, à commencer par le député sortant, le caquiste André Lamontagne. Il sera opposé à Jacques Tétreault, du PQ, François Vaes, du PLQ, Sarah Saint-Cyr Lanoie, de Québec solidaire et de Jean-François Vignola, du Parti conservateur du Québec. Ajoutons à la course les candidatures de Andrew Leblanc-Marcil, du NPD Québec, d’Émile Coderre du Parti vert du Québec et d’Yves Audet de Citoyens au Pouvoir du Québec.