Andy, le fils de Laurence est entourée de sa maman et de Françoise.
Andy, le fils de Laurence est entourée de sa maman et de Françoise.

Les bons voisins font les bons amis

Il y a de ces rencontres qui ne sont pas fortuites. Qui placent certaines personnes sur notre chemin pour nous épauler ou nous faire évoluer. Parlez-en à Laurence et Françoise, deux voisines qui ont la chance de pouvoir compter l’une sur l’autre.

Depuis trois ans, Andy, le fiston de Laurence et Kevin, se fait garder à la garderie de Françoise, « Fan-Fan » pour les intimes.

Le petit Andy a toujours été l’enfant chouchou de Françoise, elle qui tient sa garderie en milieu familial depuis 45 ans et qui aime bien les jeunes qui la mettent au défi.

« Mon fils a beaucoup de problèmes de comportement et au niveau du développement, dit Laurence. Alors, au quotidien, on devait se parler souvent et ça a tout de suite cliqué avec elle. »

À entendre échanger les deux femmes, c’est comme si on était témoin d’une relation mère-fille tellement elles sont à l’aise ensemble.

Aux yeux de Laurence, 28 ans, « Fan-Fan » est passée de gardienne à rien de moins qu’une fidèle amie, et vice-versa.

Leur amitié s’est consolidée lorsque la dame de 71 ans a acheté un duplex à l’intérieur duquel elle y a aussi déménagé sa garderie.

« Au même moment, je cherchais un logement et elle m’a proposé de déménager en haut », se rappelle Laurence.

Une vie de quartier

Depuis ce jour, les deux amies savent qu’elles peuvent compter l’une sur l’autre. La confiance règne aussi bien que l’entraide.

Les deux dernières années, Denis, le mari de Françoise, a perdu son autonomie physique. Mais la dame n’est pas seule pour vivre ce défi de la vie quotidienne.

« Quand j’ai à faire une commission, Laurence s’occupe de Denis. Et si elle a un rendez-vous, je garde Andy. C’est vraiment l’idéal », confirme Françoise, qui ne peut plus bénéficier des services de répit en raison de la pandémie.

Le petit Andy, on s’en doute, est très bien entouré.

D’autant plus que le logement annexé à celui de Françoise et Laurence, rue City à Granby, n’est pas habité par des étrangers.

Ce sont la sœur de Françoise et son fils qui y demeurent.

« Les portes sont tout le temps grandes ouvertes pour chacun de nous. C’est vraiment de belles amitiés qu’on a trouvées. Mon fils se promène de duplex en duplex pour dire bonjour à tout le monde, revient me dire un coucou, repart jouer au Xbox avec le voisin. »

« C’est comme notre petit quartier à nous », remarque quant à elle Françoise.

Reprendre les rênes

Avec la situation de son mari et la pandémie, Françoise n’a eu d’autres choix que de fermer sa garderie pour prendre sa retraite. Devinez à qui elle a confié les rênes? Sa voisine d’en haut !

Mais comme le contact avec les enfants représente en quelque sorte la raison de vivre de Françoise, elle ne sera jamais bien loin pour jeter un œil à l’action.

« Elle va être comme mon mentor. »

« Je vais être là pour la superviser pour voir si elle fait bien ça», ajoute Françoise, sourire en coin.

À LIRE AUSSI: Lorsque l'amour se trouve juste à côté de chez soi