L’accès aux périodes de bain libre sera gratuit durant les six premiers mois de 2021 au nouveau centre aquatique de Granby, dont l’ouverture est prévue à la fin décembre ou au début janvier.
L’accès aux périodes de bain libre sera gratuit durant les six premiers mois de 2021 au nouveau centre aquatique de Granby, dont l’ouverture est prévue à la fin décembre ou au début janvier.

Les bains libres gratuits durant six mois au centre aquatique de Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Certains y verront un cadeau de Noël pour les détenteurs de cartes-loisirs de Granby et la région. L’accès aux périodes de bain libre sera gratuit durant les six premiers mois de 2021 au nouveau centre aquatique de Granby, dont l’ouverture est prévue à la fin décembre ou au début janvier, a annoncé le maire, Pascal Bonin.

«On veut que les gens soient en santé et que les gens bougent. Et on ne veut pas que ça soit conditionnel à l’épaisseur de leur portefeuille. (...) Le conseil veut que ça soit très inclusif», a fait valoir le maire au terme de la récente séance du conseil municipal au cours de laquelle il a procédé à cette annonce.

À ses yeux, cette mesure est la suite logique du populaire programme de subvention accordée aux citoyens à l’achat d’un vélo par la Ville de Granby au cours des dernières années.

Pascal Bonin avait d’ailleurs avancé en septembre que le retour de ce programme, dans sa forme actuelle, n’était pas acquis. «Ça pourrait être un autre type de subvention, un peu dans le même esprit : celui de faire bouger les gens et de promouvoir un loisir. (...) Le programme actuel a trois ans et il a été génial. Mais il faut s’en inspirer pour aller une coche plus loin», avait-il déclaré.

La gratuité des bains libres, jusqu’au 24 juin 2021, est ainsi un «beau cadeau de fin d’année à toute la région», selon le maire. Ce dernier rappelle que 26 municipalités ont signé l’entente-loisirs avec la Ville. «Tous les détenteurs de cartes auront donc ce privilège-là», dit-il.


« On veut que les gens soient en santé et que les gens bougent. Et on ne veut pas que ça soit conditionnel à l’épaisseur de leur portefeuille. »
Pascal Bonin, maire de Granby

Réussite

La construction du centre aquatique Desjardins n’aura cependant pas été facile. Le projet, qui entraîne des coûts de 33 millions $, a été lancé il y a près de trois ans, sur une portion du parc Dubuc, près du centre sportif Léonard-Grondin. Et l’ouverture a été repoussée à quelques occasions au cours de la dernière année.

Mais cette fois-ci, les astres semblent bien alignés pour que les citoyens puissent à leur tour découvrir l’endroit, qualifié de «réussite» par le maire. «Ce bâtiment-là, en temps de pandémie, est peut-être une des plus belles choses qui est arrivée à notre municipalité depuis longtemps», dit-il.

Le passage de la région en zone rouge complique néanmoins les choses, fait valoir Pascal Bonin. Aucune date précise n’a encore été fixée pour l’ouverture, mais elle est prévue, au plus tard, au début janvier 2021. «Il faut être imaginatif en tabarnouche en zone rouge pour faire une inauguration qui fasse un sens», lance le maire tout en précisant que les restrictions d’usage continueront à s’appliquer pour l’opération de l’endroit en période de pandémie.

Le chef de la division communications à la Ville, Marc Antoine Morin, affirme pour sa part que plus de détails seront dévoilés en décembre au sujet de l’ouverture.

D’ici à ce que le nouveau centre aquatique soit ouvert, la piscine Miner demeure par ailleurs accessible, mais uniquement pour les bains libres. Il est nécessaire de réserver son heure de baignade.

Coûts supplémentaires

Comme le chantier du centre aquatique a été plus long que prévu, les élus municipaux ont en outre convenu, lors de la séance du conseil, de verser des honoraires supplémentaires de 100 000 $ pour la surveillance des travaux au consortium Favreau Blais associés architectes et Héloïse Thibodeau architecte, qui avait obtenu le contrat pour ce mandat, en plus de la conception des plans et devis.

Le maire Bonin affirme que ces coûts seront toutefois inclus dans le différend qui oppose la Ville et l’entrepreneur général, responsable des travaux, Groupe TEQ.

«Ces frais, pour une période prolongée de chantier, seront réclamés en tout ou en partie à l’entrepreneur en fonction de sa part de responsabilité à définir en fin de projet», est-il précisé dans le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias pont obtenu copie.

Les gouvernements provincial et fédéral y vont d’une contribution conjointe de 20,5 millions $ pour la construction du centre aquatique. L’endroit porte le nom de Desjardins en vertu d’un partenariat de 500 000 $ sur 10 ans conclu avec la Ville.