Le MTQ va réduire la vitesse de 90 à 70 km/h sur le segment de la route 202 traversant Stanbridge East.

Les automobilistes devront lever le pied sur la route 202

Les usagers de la route 202 devront lever le pied à l'approche de Stanbridge East. La vitesse maximale permise sera réduite de 90 à 70 km/h et deux panneaux électroniques indiqueront aux automobilistes et camionneurs leur vitesse.
Ces mesures proposées par le ministère des Transports sont les premières mises en place pour améliorer la sécurité à l'intersection des routes 202 et 237. D'autres suivront à moyen et long terme, indique le maire, Gregory Vaughan. « On veut vraiment une intersection plus sécuritaire », dit-il.
Le MTQ avait promis de répondre rapidement aux demandes de la municipalité dans ce dossier. L'organisme était également pressé par des citoyens d'agir concrètement pour améliorer le bilan routier dans ce secteur. 
Deux rencontres ont eu lieu depuis le mois de juillet entre des représentants du Ministère, de la municipalité et de la MRC Brome-Missisquoi pour discuter de la question.
En entrevue le mois dernier, le maire de Stanbridge East avait noté chez les autorités gouvernementales une ouverture à s'attaquer au problème. Une réalité, dit-il maintenant à la lumière des gestes qu'entend poser le MTQ. « Finalement. Finalement, ils vont faire quelque chose », se réjouit-il.
Les nouveaux panneaux de 70 km/h seront installés d'ici la fin du mois de septembre. Ils viseront un segment d'environ un kilomètre. Les deux indicateurs de vitesse seront en place d'ici la fin du mois d'octobre, mentionne le maire, le temps d'obtenir l'autorisation du MTQ de les installer et de procéder à leur achat.
Ces dispositifs, dont les coûts sont estimés à près de 3000 $ chacun, devront être achetés et installés aux frais de la municipalité. « Ce n'est pas un problème ; on est prêts à faire notre part », affirme le maire Vaughan.
De nouveaux panneaux de signalisation seront aussi installés sur la route 237 pour rappeler la limite maximale permise de 50 km/h.
Une autre rencontre entre le MTQ, la municipalité et la MRC aura lieu cette année. On devrait y discuter d'autres mesures à prévoir. Aucun indice n'a transparu au sujet des intentions du Ministère, selon M. Vaughan. « Ils vont nous présenter un plan à long terme », résume-t-il.
«Le MTQ est de mauvaise foi»
Des accidents à l'intersection des routes 202 et 237 continueront de se produire tant que la vitesse maximale permise dans ce secteur ne sera pas de 50 km/h, soutient Jean Leboeuf.
L'ancien militaire, qui habite à quelques mètres de là, pourfend les autorités gouvernementales dans ce dossier. « On ne leur demande pas de refaire l'intersection. On demande seulement que ça roule moins vite. Le MTQ est de mauvaise foi », affirme-t-il.
« Il n'écoute pas les citoyens, les témoignages des gens qui voient tous les jours des situations dangereuses. Des piétons traversent là, des cyclistes, des cavaliers aussi. Comment le MTQ peut-il arriver avec une solution à 70 km/h ? Ça va rouler à 90 (km/h). Ça ne sera pas plus sécuritaire », craint-il.
Une de ses voisines, Nancy St-Onge, partage son pessimisme. « Notre objectif, c'est qu'il n'y ait plus d'accidents. C'est incroyable qu'on n'en ait pas eu plus ; c'est tellement dangereux », indique-t-elle.
« C'est un problème de volonté », dit M. Leboeuf. « Pour des raisons qu'on ne comprend pas, le MTQ n'en a aucune pour régler ce problème. » Michel Laliberté