C’est le gorille bleu qui a utilisé sa force et son agilité pour hisser quatre immenses casse-noisettes au-dessus de l’enseigne du Palace, a-t-on appris. Ses comparses la girafe rouge et l’hippopotame vert ont été les auteurs des deux autres mauvais coups.

Les auteurs de mauvais tours épinglés

CONTE DE NOËL (Suite) / La perspicacité de citoyens, dont plusieurs jeunes limiers en devenir, a permis aux policiers de Granby d’épingler lundi les auteurs des mauvais tours commis la semaine dernière au centre-ville ainsi qu’au lac Boivin.

Le gorille bleu du Palace, la girafe rouge de la place Johnson et l’hippopotame vert près de la piste cyclable ont été appréhendés par les policiers. Ils sont demeurés jusqu’ici silencieux lors des interrogatoires, a-t-on pu apprendre d’une source proche de l’enquête. Ils ont été relâchés avec promesse de comparaitre.

C’est grâce aux informations obtenues de la part de citoyens alertes que les policiers ont pu résoudre l’énigme entourant les trois mystérieux coups pendables perpétrés. Plusieurs citoyens ont répondu à l’appel samedi de La Voix de l’Est de se lancer aux trousses des auteurs de ceux-ci. 

Malgré la minutieuse préparation des trois animaux colorés, le sens de l’observation de Jacob Théberge (5 ans) et de sa mère Roxane St-Martin, d’Alexane (7 ans) et de sa mère Nancy Dubé, de Vincent et son père Francis Dupaul, de Janie Thibault, Sylvie Beaudoin, Jessyca Bergeron et de Jean-René Liboiron leur a permis de retrouver leurs traces (voir la liste des gagnants du concours à la fin du texte).

L’hippopotame vert près de la piste cyclable.

Le dénominateur commun des trois photos publiées dans La Voix de l’Est montrant les lieux où les mauvais tours ont été commis sont les animaux colorés, a remarqué avec justesse Jacob. Il les a même affublés d’un surnom : des « lutinimaux » ! Le futur Hercule Poirot a usé de son expérience avec les trois lutins coquins de sa maisonnée pour élucider toute cette affaire, a-t-on appris.

Pour Alexane, il ne fait aucun doute que seuls les animaux colorés auraient pu commettre de tels tours. Vincent en arrive à la même conclusion. Tous les indices étaient réunis pour permettre de les identifier, disent-ils dans leur rapport d’enquête dont nous avons obtenu copie.

La brigade de la famille Grégoire a poussé son enquête plus loin en s’intéressant au cerveau derrière ces délicates opérations nocturnes. C’est ainsi qu’Alice, Gabriel, Olivier, Lucie et Hector émettent l’hypothèse que M. Éléphant a fomenté tous ces coups.

Les enquêteurs étudient leur thèse. Il faut dire que M. Éléphant, qui sera le quatrième animal à être installé de manière permanente quelque part dans la ville, aurait eu tout le temps de préparer ces mauvais coups alors qu’il se trouve encore dans l’atelier de ses créateurs. Les policiers sont en train de visionner les bandes des caméras de surveillance de l’atelier pour déceler une quelconque anomalie.

La direction de la sûreté municipale n’a pas voulu supputer sur le rôle qu’aurait pu jouer M. Éléphant dans cette machination. Elle a toutefois indiqué qu’il est considéré comme un « témoin important » dans ce dossier.

La girafe rouge de la place Johnson.

Longue préparation

En entrevue mardi, l’agent William Mumbabray d’Info-Crime a expliqué que le trio animalier préparait ses mauvais tours depuis plusieurs mois. Des éléments de l’enquête révèlent qu’ils ont eu tout le temps souhaité pour observer les lieux sans que personne ne s’en aperçoive. « Ils ont essayé de nous prendre pour le dindon de la farce. Notre enquête battait de l’aile, mais nos citoyens nous ont bien guidés. On sait maintenant ce qui s’est passé », a-t-il dit.

Au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales, on se gratte la tête dans ce dossier. Des avocats de l’organisme épluchent depuis vendredi le Code criminel pour déterminer quelles accusations pourraient être portées contre les trois animaux. Ils n’ont rien trouvé jusqu’ici. Tout porte à croire que le trio de loustics s’en sortira sans casier judiciaire.

Des internautes se sont aussi intéressés à cette affaire. Avec moins de succès. Sur les réseaux sociaux, quelques-uns y sont allés de leur analyse en observant la photo des quatre immenses casse-noisettes juchés sur l’enseigne du Palace, mais sans lire le reportage avec attention ou plus important encore, sans remarquer la mention… « Conte de Noël » !

Les gagnants de notre petit concours

Entrée familiale Zoo de Granby l’hiver : Janie Thibault

Trois cartes-cadeaux des Galeries de Granby : Francis Dupaul, Jean-René Liboiron et Roxane St-Martin

Prière de se rendre au comptoir du service à la clientèle de La Voix de l’Est, à partir du jeudi 28 décembre, entre 9 h à 16 h, pour récupérer votre prix. Veuillez apporter une carte d’identité.