L’ensemble des activités de loisirs ne sera pas regroupé au sein d’un même service municipal, comme le souhaitait la Ville de Granby.
L’ensemble des activités de loisirs ne sera pas regroupé au sein d’un même service municipal, comme le souhaitait la Ville de Granby.

Les activités de loisirs ne seront pas municipalisées à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
L’ensemble des activités de loisirs à Granby ne sera pas regroupé au sein d’un même service municipal. La Ville a mis une croix sur ce projet, après 15 mois de travail, car elle n’arrivait pas à conclure une entente avec les représentants syndicaux des employés appelés à changer de statut, a appris La Voix de l’Est.

«La Ville n’a pas réussi à s’entendre avec son partenaire principal dans le dossier, qui est la partie syndicale. On n’a pas la même compréhension et la même vision des enjeux de ce projet-là», fait valoir le directeur général de la Ville, Michel Pinault.

Si ce projet avait vu le jour, cela aurait signifié la fin de Vie culturelle et communautaire (VCC) et de Granby Multi-Sports (GMS), de même que la création d’un nouveau service municipal.

Or, c’est avec les représentants syndicaux de ces organismes, affiliés à la CSD, que la Ville devait s’entendre, car la trentaine d’employés de ceux-ci étaient appelés à se joindre aux effectifs municipaux.

«On était prêts à avoir une entente avec la partie patronale. Malheureusement, la Ville s’est retirée des discussions. Elle avait même déposé une requête au Tribunal administratif du travail pour qu’il fasse la fusion avec les conditions de travail et tout. Mais elle l’a retirée au début septembre en disant qu’elle se retirait du projet. On a toujours été de bonne foi», déclare le conseiller syndical à la CSD, Patrick Phaneuf.

Ce dernier affirme que cette issue attriste les employés visés par le projet. Un important travail a malgré tout été réalisé depuis plus d’un an. Le processus a aussi généré de l’insécurité pour certains, alors que des changements étaient réalisés à des postes de travail. «Finalement, ça n’a rien donné parce que l’employeur s’est retiré», laisse tomber M. Phaneuf.

Autre direction

La «municipalisation» des loisirs n’était pas une opération simple. Elle impliquait, semble-t-il, l’intégration de nouveaux types d’emplois aux conventions collectives des cols blancs et cols bleus, également représentés par la CSD.

Les employés syndiqués de VCC et GMS devaient aussi être intégrés dans les syndicats municipaux déjà existants en fonction de leur ancienneté.

Mais tout semble indiquer que l’employeur et la partie syndicale ne voyaient pas les choses de la même façon.

Dans les circonstances, il n’est plus envisagé de mettre fin aux activités de Granby Multi-Sports et de Vie culturelle et communautaire, confirme le DG de la Ville. Selon lui, cela ne signifie toutefois pas qu’il s’agit d’un retour à la case départ.

«On va regarder avec GMS et VCC, qui ont toujours bien servi la population, pour établir un mandat qui permettra de maintenir, voire d’améliorer la prestation de services, telle que nous l’avions envisagé dans une structure qui aurait incorporé l’ensemble des employés de ces organisations-là», dit-il.

Au cours des derniers mois, certains employés des deux organismes ont néanmoins quitté leurs fonctions et un remaniement du personnel a été réalisé.

«Il y a un impact, mais ce n’est pas insurmontable. On est à travailler pour voir comment on va le réorganiser. Mais l’offre de services guide nos actions. Et, pour le moment, on va assumer nos responsabilités et on va poser des gestes pour s’assurer que la prestation de services soit maintenue et soit aussi exemplaire que jusqu’à présent», dit Michel Pinault.

Celui-ci affirme que les présidents des deux organismes ont été rencontrés récemment. «On leur a expliqué la situation. On va s’asseoir avec eux pour redéfinir un mandat et poursuivre une collaboration qui a toujours bien servi les citoyens de Granby, que ce soit à travers GMS, VCC ou anciennement les Loisirs de Granby», affirme M. Pinault.

Efficacité recherchée

La Ville de Granby avait lancé ce projet l’an dernier, car elle croyait pouvoir agir de façon plus efficace si l’ensemble des activités de loisirs était regroupé sous un même service.

Il était souhaité d’offrir entre autres un guichet central aux citoyens pour les inscriptions en ligne, plutôt que les deux actuels, ceux de GMS et VCC.

Même chose pour les dédoublements et la confusion des rôles, alors que les infrastructures appartiennent à la Ville, mais qu’elles sont gérées par les organismes mandataires qui reçoivent des subventions de la Ville, avait expliqué l’an dernier le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher.