L’année 2019 a été celle des lions avec l’inauguration du nouvel habitat des félins.
L’année 2019 a été celle des lions avec l’inauguration du nouvel habitat des félins.

L’élan du Zoo de Granby freiné par la pandémie

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Si l’année 2020 est à oublier pour le Zoo de Granby, l’année 2019 aura toutefois permis à l’institution zoologique d’enregistrer la troisième meilleure affluence de son histoire.

Plus de 830 000 visiteurs ont franchi les tourniquets ou participé à des activités (incluant la clientèle corporative) au Zoo l’an dernier, comparativement à 862 000 en 2018 et à 940 000 l’année précédente. C’est d’ailleurs à cette dernière occasion que son record d’achalandage a été établi.

Ces données ont été partagées mercredi soir à l’occasion de l’assemblée générale annuelle des membres du Zoo. Celle-ci devait se tenir en avril dernier, mais la crise sanitaire a incité la direction à reporter la rencontre à la fin septembre. C’est d’ailleurs par visioconférence que l’exercice s’est déroulé.

«On a un excédent de 1 681 000 $. Ce qui nous permet d’affecter tout près d’un million $ directement à la poursuite de notre plan directeur», a relevé le directeur général du Zoo, Paul Gosselin, aux médias quelques heures avant l’assemblée générale.

Ce plan prévoit que 53 millions $, dont une partie provient d’aides financières des gouvernements provincial et fédéral, seront investis au cours des prochaines années pour moderniser les installations de l’attraction touristique. Environ 15 millions $ ont déjà été alloués à la réalisation de différents projets à ce jour.

«L’été a permis d’amoindrir la perte»

La crise sanitaire a toutefois freiné de façon brusque l’élan dans lequel le Zoo se trouvait. Avec des coûts fixes élevés pour nourrir et entretenir la vaste collection animale, ainsi qu’une chute des revenus, les projets d’investissements ont été mis en veilleuse.

L’échéancier du plan directeur est repoussé de deux à trois ans, avec la bénédiction des gouvernements, souligne Paul Gosselin.

Après avoir été fermé du 14 mars au 19 juin, le Zoo — et Amazoo — a ouvert ses portes pour la saison estivale, mais avec une capacité d’accueil journalière réduite. Au total, 210 000 visiteurs ont été comptabilisés. Cela représente 35 % de l’achalandage total comparativement à l’année 2019, est-il souligné.

«L’été a permis d’amoindrir la perte, parce qu’on va parler de perte cette année, comme la plupart des entreprises (...) J’avais un pronostic de perte, avec le conseil d’administration, de l’ordre de 3 à 4 millions $. Mais ça se chiffre plus autour de 800 000 $ à 1 million $. On va voir comment l’achalandage va se comporter dans les prochaines semaines parce qu’on n’est pas sorti de la tempête encore», fait valoir le gestionnaire.

«Jusqu’à preuve du contraire, on prépare la saison d’hiver. Mais on verra comment ça va se passer», dit le directeur général, Paul Gosselin.

Les zoos et aquariums du Canada ont d’ailleurs récemment lancé un SOS à Ottawa pour demander le maintien de la subvention salariale d’urgence.

Pour l’heure, le Zoo de Granby garde le cap sur l’ouverture les week-ends. Mais il demeure à l’affût de l’évolution de la situation avec la Santé publique. Il statuera la semaine prochaine quant à savoir si l’Halloween sera célébrée lors des trois derniers week-ends d’octobre. «Jusqu’à preuve du contraire, on prépare aussi la saison d’hiver. Mais on verra comment ça va se passer», dit Paul Gosselin.

Certains aspects positifs

Reste que le directeur général du Zoo affirme que la pandémie comporte certains aspects positifs.

Parmi ceux-ci: la mise en place d’un système de réservation et d’une boutique en ligne. Les capsules éducatives, diffusées sur les réseaux sociaux afin de garder un contact avec la clientèle, se sont aussi révélées très populaires, dit-il.

Les employés, tous secteurs confondus, ont par ailleurs fait preuve d’une grande solidarité et d’une flexibilité, entre autres pour la gestion des horaires, se réjouit M. Gosselin.

L’année 2019 avait été une année faste en réalisations de toutes sortes. Le nouvel habitat des lions (3 millions $), ainsi que le pavillon pour le volet affaires et événements (4,2 millions $) ont été inaugurés. En décembre dernier, le bâtiment intérieur des rhinocéros (3,1 millions $) a aussi été complété et ouvert aux visiteurs.

Les projets en cours, dont le nouvel habitat des hippopotames et le parc extérieur des rhinocéros, ont été terminés en 2020.