Les charges supérieures aux revenus sont surtout attribuables à l’octroi de services aux élèves supplémentaires.

Léger déficit à Val-des-Cerfs

L’ajout de services aux élèves plombe légèrement les finances de la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

Déposés cette semaine, les états financiers 2018-2019 de l’organisme desservant Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska affichent un résultat net déficitaire de 1 503 870 $, sur un budget de 204 828 787 $.

« Ce n’est pas inquiétant », précise Nathalie Paré, directrice du Service des ressources financières de la commission scolaire. 

Les charges supérieures aux revenus sont surtout attribuables à l’octroi de services supplémentaires aux élèves — enseignants supplémentaires, orthopédagogie ou techniciens en éducation spécialisée, par exemple — qui ne pouvaient être budgétés d’avance, comme ceux offerts aux nouveaux arrivants.

« On a eu l’arrivée de plusieurs immigrants l’an passé, avec des réalités qui font en sorte qu’on doit ajouter nécessairement de la francisation. Souvent, il y a aussi des suivis particuliers pour les faire bien cheminer dans le système », dit Mme Paré soulignant que certains ont vécu des situations difficiles dans leur pays d’origine.

« La population étudiante n’est pas toujours équivalente d’une année à l’autre », résume Mme Paré.

Choix budgétaires

Val-des-Cerfs aura donc à faire « des choix budgétaires différents » en 2019-2020 pour éviter d’autre déficit. 

« On est en planification d’action. Ça ne veut pas nécessairement dire des coupes ; ça va être de profiter de certaines opportunités », dit Nathalie Paré, comme de retarder le remplacement de personnes en arrêt de travail.

« Aucune réduction ne se fait sans mal, mais on veut que ça fasse le moins mal possible. »

Les services directs à l’élève ne seront pas touchés, assure-t-elle. « On ne coupe ni dans le nombre de classes, ni dans les profs. »

Le déficit accumulé de Val-des-Cerfs se chiffre à 3 859 471 $.