Anne Marie Comparot
Anne Marie Comparot
Dans cette chronique, je partagerai avec vous des petites choses qui peuvent avoir de grands effets sur notre santé et celle de la planète.
Dans cette chronique, je partagerai avec vous des petites choses qui peuvent avoir de grands effets sur notre santé et celle de la planète.

L'effet papillon

CHRONIQUE / Vous lisez ma toute première chronique. J’ai accepté avec joie de vous entretenir de sujets touchant aux thèmes de la consommation responsable, de l’autonomie alimentaire, de la santé environnementale et de tout ce que nous pouvons faire au quotidien pour être des artisans du changement, un geste à la fois.

Pourquoi l’Effet papillon me direz-vous ? Parce que tout comme l’énonce la théorie du météorologue Edward Lorenz (en 1963), un battement d’ailes de papillon au Brésil peut provoquer une tempête au Texas. Ainsi il suffit de modifier de façon infime un paramètre, quel qu’il soit, pour que celui-ci s’amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Dans cette chronique, je partagerai avec vous des petites choses qui peuvent avoir de grands effets sur notre santé et celle de la planète.

Pour cette première, je veux rendre hommage à tous les artisans du changement qui, même dans l’ombre, influencent le monde dans lequel nous vivons. Récemment installée dans la belle région de Brome-Missisquoi, je côtoie plusieurs personnes, maraîchers biologiques, éleveuse de cochons sauvages, herboristes, boulanger, artistes, potier, retraités, qui transforment leur quotidien et le sort de la planète un geste à la fois. Je veux ici leur dire mille mercis ! La prochaine fois que vous mangerez de bons produits d’ici, fermez les yeux, savourez et pensez au travail et à toute l’énergie mis dans cette tomate, cette carotte ou ce radis.

Cette série de chroniques tombe à pic ! Ce fameux virus de la COVID-19 a mis en lumière l’impact de nos activités économiques sur la santé de la planète. Le confinement que nous avons vécu a créé une certaine insécurité, notamment alimentaire. Le gouvernement y va de ses slogans pour nous inciter à acheter local. Notre instinct de survie a parlé et les centres de jardin ont été dévalisés. Les poules pondeuses, maintenant si rares, valent leur pesant d’or.

La situation actuelle démontre qu’on est vraiment dépendants du système et donc vulnérables. Vous trouverez ici, humblement, quelques idées pour faire face à cette transformation du monde.

Mais qui suis-je après tout ? Je me présente, je suis née en 1974 d’un père français et d’une maman québécoise. J’ai grandi en Estrie et dans les forêts denses à la frontière du New Hampshire. J’ai vu mon père cueillir les champignons, cultiver son thym pour ses infusions, faire son beurre, ses pâtes et chasser la perdrix. J’ai vu ma mère ne s’entourer de presque rien et vivre sobrement et heureuse. J’ai grandi dans la gratitude pour la nature et ce qu’elle nous offre.

J’ai fait des études de biologie, la science du vivant, à l’ombre de ma forêt intérieure. Puis une maîtrise en environnement afin de protéger ce qui est le plus cher à mes yeux. Et toujours cette idée de communiquer, de partager, de sensibiliser sur ce que nous pouvons faire, un geste à la fois, pour protéger notre Terre mère !

J’ai travaillé en environnement à la Ville de Montréal et à Granby puis au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin pour enfin partir Les Braconnières végétales qui offrent des conférences et des ateliers en éco-cuisine, sur la consommation responsable et environnementale. J’ai aussi le plaisir d’enseigner les sciences au secondaire et de semer chez les jeunes des graines d’espoir pour le monde de demain.

ANNE MARIE COMPAROT

B. Sc. Biologie, M.Sc. Environnement

Communicatrice et conférencière

Facebook : Les Braconnières végétales

+

POURSUIVRE LA RÉFLEXION

À méditer : « Désormais la plus haute, la plus belle performance que devra réaliser l’humanité, sera de répondre à ses besoins vitaux avec les moyens les plus simples et les plus sains. » — Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie en France

À lire : Acheter c’est voter de Laure Waridel, encore d’actualité… 

À voir : le film Le semeur (Viméo) : Partez à la rencontre de Patrice Fortier à Kamouraska qui se passionne pour les semences, les collectionne, les préserve et respecte leur richesse. Poétique et frais.