« Travailler pour ces enfants-là, qui sont le Granby de demain, c’est une motivation profonde pour moi. C’est ma vie ! », a déclaré Chantal Beauchemin mardi.

L'éducation, un enjeu prioritaire pour Chantal Beauchemin

Avec ses 28 ans d’expérience en enseignement, la candidate péquiste Chantal Beauchemin en avait gros sur le cœur en abordant le thème de l’éducation en conférence de presse, mardi matin. Après avoir dépeint sombrement la situation des écoles d’ici et d’ailleurs, elle en a profité pour mettre de l’avant les solutions proposées par son parti.

La candidate pour le Parti québécois dans Granby a brossé un portrait préoccupant du milieu scolaire : des bâtiments délabrés et des dizaines de cas de « burn-out » chez les professeurs à Granby, en plus des coupes budgétaires de quatre milliards en quatre ans faites par le Parti libéral et qui se sont soldées par la perte de 375 emplois de professionnels travaillant auprès des jeunes en difficultés.

Or, Mme Beauchemin estime que les situations problématiques inhérentes au manque de personnel affectent le climat dans les classes et ralentissent l’apprentissage de tous les élèves.

Pour l’illustrer, la candidate se réfère à son expérience d’enseignante. Elle rapporte par exemple avoir momentanément dû mettre de côté son rôle d’enseignante pour gérer tantôt un élève en crise qui lance son matériel scolaire, tantôt un enfant qui mord ses compagnons de classe.

Selon elle, ces situations pourraient être maîtrisées plus adéquatement si les enseignants pouvaient facilement recourir à un préposé ou un technicien.

Quelques propositions
Une première mesure qu’entreprendrait le PQ serait d’instaurer un seuil de services garantis. Bien entendu, cette mesure se traduirait par l’embauche de quelque 1200 professionnels (orthopédagogues, psychoéducateurs, techniciens en éducation spécialisée, etc.), grâce à des investissements en éducation réservée spécifiquement à cette fin.

La candidate souhaiterait par ailleurs améliorer la qualité de l’enseignement en réduisant le nombre d’élèves par classe — une recommandation qui appuyée par plusieurs études, avance-t-elle.

Mais selon Mme Beauchemin — et son parti —, la solution doit aller au-delà de l’emploi de personnel supplémentaire : il faudrait aussi implanter un projet de loi bouclier afin d’empêcher les « ponctions soudaines et imprévisibles » dans le budget en éducation.

Écoles « vétustes »
La candidate péquiste a signalé que la situation ne serait pas seulement déplorable sur le plan du climat en classe et du personnel requis, mais aussi sur celui des infrastructures. « Il y a plusieurs écoles vétustes... On en a quatre à Granby qui ont une cote de “D”, donc qui sont très dégradées physiquement ! », soutient-elle, en ajoutant que 18 millions de dollars seraient nécessaires pour les remettre en état.

Elle indique qu’en réponse à cette problématique, le Parti québécois compte injecter 30 millions supplémentaires par an dans les infrastructures scolaires québécoises.

Et si Mme Beauchemin ne peut s’avancer sur les investissements précis qui reviendront à Granby, elle promet néanmoins de se démener pour obtenir le maximum pour sa région. « Travailler pour ces enfants-là, qui sont le Granby de demain, c’est une motivation profonde pour moi. C’est ma vie ! », a déclaré l’enseignante.

CHANTAL BEAUCHEMIN ORGANISE UNE MARCHE POUR L'ENVIRONNEMENT

La candidate péquiste dans Granby a profité de sa conférence de presse de mardi matin pour annoncer qu’elle organise une marche pour l’environnement samedi prochain, à 11 h au parc Miner. Elle invite les autres candidats de Granby ainsi que les élus de la région, les étudiants et les personnes œuvrant au sein d’organismes communautaires à se joindre à elle pour ce rassemblement pacifique. Cette action vise à rappeler l’importance d’adopter de meilleures pratiques pour l’environnement.