Des écrevisses à taches rouges ont été découvertes dans le ruisseau Quilliams lors de l'inventaire de poissons mené par Renaissance lac Brome.

L'écrevisse à taches rouges en croissance dans le lac Brome

L'écrevisse à taches rouges continue d'essaimer dans le lac Brome. L'inventaire de poissons effectué en août par Renaissance lac Brome confirme que cette espèce envahissante, qui n'est pas une espèce native dans le cours d'eau, poursuit sa croissance.
Lors de leur sortie dans une section du ruisseau Quilliams, les biologistes de RLB ont capturé 80 écrevisses à taches rouges. En 2015, lors de la première année de l'inventaire de la faune piscicole, ils en avaient pris 16.
Cette augmentation n'augure rien de bon, souligne Michel Delorme, président de Renaissance lac Brome. «Elles sont en train de prendre pas mal d'ampleur. Ça devient un sérieux problème», soutient le biologiste.
Cette espèce représente une menace pour les écrevisses natives des lacs et rivières du Québec, explique M. Delorme. Elle est par ailleurs nuisible aux habitats des poissons. Ces problèmes s'amplifieront, croit-il, puisque ces petits crustacés n'ont pas de prédateurs dans nos lacs.
Le ministère de l'Environnement la considère comme une espèce envahissante préoccupante. Lors de son inventaire, ces deux dernières années, RLB a recensé 17 espèces de poissons dans le lac Brome.